Société › Diaspora

A Dakar, Moussa Mara échange avec la communauté malienne

Le Premier ministre a rencontré, juste après sa descente d’avion à  l’aéroport Léopold Sédar Senghor, hier dimanche dans l’après-midi, la communauté malienne vivant au Sénégal. Moussa Mara a saisi cette occasion pour aborder avec les Maliens du Sénégal, la situation politico-sécuritaire et sanitaires du pays. Très attendu par la communauté dans la salle de conférence de l’ambassade du Mali au Sénégal située sur la Corniche Ouest de Dakar, le Premier ministre a été accueilli à  17 heures. Habillé en costume noir, il a partagé le présidium avec l’ambassadeur du Mali au Sénégal, Moulaye Kalil Ascofaré et Mora Camara, président du Conseil des Maliens. A la suite des mots de bienvenue de ces deux personnalités, M. Mara a pris la parole pour saluer la solidarité des autorités sénégalaises pour avoir envoyé plusieurs centaines de ses soldats pour combattre sur le sol malien. Pour mieux échanger avec la communauté malienne, il s’est exprimé en bambara en se mettant debout tout au long de la rencontre. Sur Ebola, le chef du gouvernement a clairement éclairé la lanterne de tous les Maliens venus à  sa rencontre. « l’imam guinéen décédé de la fièvre Ebola à  la Clinique Pasteur savait bien qu’il était atteint de la maladie. C’’est pourquoi il a contourné la frontière à  Kourémala », a-t-il informé. Avant de déplorer : « Pour ceux qui ont été contaminés par l’imam, ils sont tous morts sauf une personne déclarée, elle aussi, positive ». Selon lui, sur cinq personnes contaminées, quatre ont perdu la vie. Moussa Mara est optimiste quant à  l’éradication de cette maladie. « Que Maliens et Guinéens se donnent la main pour vaincre le monstre épidémique », a-t-il proposé. Le Mali a, selon le chef du gouvernement, besoin de six milliards par mois durant trois mois donc dix-huit milliards pour lutter efficacement contre Ebola. Quant aux pourparlers inter-maliens d’Alger 3 qui se tiennent actuellement en Algérie, le Premier ministre est contre toute division et toute idée de fédéralisme, d’indépendance et d’autonomie. « Azawad n’a jamais existé géographiquement, historiquement, politiquement, culturellement », a martelé Moussa Moussa. Sur le redressement de l’Etat, le chef du gouvernement veut l’implication de tous les Maliens pour réussir le combat. « Le redressement, a dit le Premier ministre, commence d’abord par le bas peuple avant d’arriver au sommet de l’Etat ». Cela, à  en croire Moussa Mara, prend du temps. Dernier volet de sa communication, la situation de la diaspora malienne. D’après le Premier ministre, l’Etat cherche à  protéger celle-ci qui subit maintenant beaucoup plus de violences, vols et autres actes répréhensibles en Afrique centrale. Pour ce faire, l’Etat entend mettre sur pied une Maison des Maliens de l’extérieur. Les travaux, selon Moussa Mara, vont commencer début 2015. Le Premier ministre, Moussa Mara, est à  sa première visite depuis sa nomination à  la Primature à  l’invitation de son homologue du Sénégal, Mohamed Ben Abdallah Dionne. Il va séjourner au pays de la Téranga du dimanche 23 au mardi 25 novembre dans le cadre de l’ouverture des cinquièmes Assises de la Fédération Internationale des Experts Comptables Francophones (FEDEF).

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut