Société › Éducation

Les enseignants du supérieur évaluent leurs pairs

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée au rectorat de l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako (USJPB), en présence du ministre de tutelle Me Mountaga Tall et de nombreux professeurs. Pour la présente session, la commission a enregistré 75 dossiers de candidatures et 5 réclamations formulées par certains candidats non admis suite aux délibérations de la 7è session ordinaire de la Commission nationale d’Etablissement des Listes d’Aptitude (CNELA). Pour le ministre, ce chiffre traduit « l’engouement des enseignants et la confiance pour cette voie de promotion interne au système interne d’évaluation ». La pérennisation du système interne d’évaluation et de promotion des enseignants, selon Me Tall doit se « faire dans la transparence et avec la rigueur et le professionnalisme de tous les acteurs afin de lui conférer la crédibilité indispensable à  toute évaluation ». « Malgré l’ancienneté du dispositif, chaque année, C’’est avec appréhension, avec rigueur, que l’ensemble des acteurs impliqués dans l’organisation, travaille d’arrache-pied pour qu’il n’y ait aucune fausse note. Cela dénote des enjeux que recèle cette rencontre, brève mais capitale dans la carrière des enseignants » a indiqué pour sa part, le Pr Abdoulaye Diarra, recteur de l’université. Selon lui, « la finalité supérieure et la raison d’être de la CNELA est la promotion de excellence ». Il a par ailleurs invité ses pairs à  faire le travail d’évaluation avec rigueur, objectivité et discernement, car « il en va de la crédibilité de l’enseignement supérieur » au Mali, de la « propre crédibilité » des enseignants ainsi que de la « pérennité de la CNELA elle-même ». Les travaux prennent fin ce mercredi 26 novembre 2014.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut