Politique › Politique Nationale

UE au Mali: Kidal dans la planification pour 2015

Accompagné de M. Andrzej Bielecki et de Mme Cécile Tassin, respectivement, conseiller politique et chef de coopération, l’Ambassadeur Richard Zink a dressé le bilan des actions de l’UE au Mali en 2014 et dégagé les priorités et perspectives pour 2015. l’UE au Mali a atteint en 2014 environ 151milliard FCFA d’investissement dans les domaines humanitaire, sécuritaire, et dans la coopération au développement. Selon Mr Zink, le Mali est aujourd’hui l’un des principaux bénéficiaires du soutien européen, preuve de l’attachement de l’Union au développement et à  la paix au Mali. Priorités et perspectives de l’UE au Mali pour 2015 Les objectifs de l’UE au Mali pour l’année 2015 sont d’abord, de terminer les projets en cours depuis 2014 telle que la poursuite des travaux de la route Goma Coura-Tombouctou et celle reliant Tominian à  la frontière du Burkina Faso. C’’est aussi, la poursuite de la mission EUTM (Mission de formation de l’Union européenne au Mali) jusqu’en 2016 et enfin venir en aide aux populations les plus vulnérables. l’UE Mali entend en outre appuyer le dialogue inclusif et supporter les efforts de la médiation devant permettre la réconciliation nationale et appuyer les initiatives gouvernementales en matière de régionalisation, de réforme de la justice et de lutte contre la corruption. l’éducation est également au C’œur des priorités, « On est persuadé qu’il faut augmenter la compétitivité, on rentre également dans des questions d’éducation(…) tout ça ce sont des programmes en vue de générer des emplois » a dit l’ambassadeur, Richard Zink, avant d’attirer l’attention sur les défis à  relever en ce sens, « Un pays qui a une croissance démographique de 3,6% a un défi incroyable ». Kidal, une des priorités de 2015 La région de Kidal qui reste le bastion des rebelles n’est cependant pas oubliée dans le plan d’action de 2015 de l’Union Européenne au Mali. En effet, dans le domaine coopération au développement, des fonds ont été prévus pour la construction de la route Bourem-Kidal. Une initiative qui serait certainement salutaire et symbolique pour cette région difficile d’accès. C’’est ce qu’a signifié l’ambassadeur Richard Zink, ‘’Nous voudrions bien mettre en pratique les projets prévus à  Kidal, mais il est primordiale qu’il y ait une atmosphère de paix », a-t-il dit avant d’insister sur le fait que des partenaires sont encore réticents pour des raisons de sécurité.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut