Politique › Politique Nationale

La réforme de l’armée coûtera 514 milliards

Mettre les moyens nécessaires à  la disposition des forces armées maliennes en vue de faire face aux défis du moment. Voilà  résumée la finalité recherchée par les travaux de la réforme des forces armées maliennes (FAMA). Cette réforme a été approuvée le lundi 22 mars 2014 à  la faveur du Conseil supérieur de la défense nationale. Cette rencontre a permis l’adoption de deux points importants à  savoir : l’avant-projet de Politique de Défense et de Sécurité Nationale et l’avant-projet de loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM) 2015-2019. Pour l’atteinte des objectifs de cette réforme volontariste et révolutionnaire au sein des forces armées maliennes, le chef suprême des Armées, Ibrahim Boubacar Kéita, ne veut pas lésiner sur les moyens. C’’est pourquoi il a décidé de mobiliser en cinq ans, la bagatelle de cinq cent quatorze milliards six cent quatre vingt douze millions quarante quatre mille huit cent cinquante (514. 692. 044. 850) Francs CFA. En effet l’avant-projet de politique de défense et de sécurité nationale a pour ambition d’envisager un cadre d’ensemble dont il définit les objectifs. Il se décline en Concept d’Emploi des Forces (CEF) et en Lois d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM). Dans ce cadre il a décidé d’approfondir le projet de Politique de Défense et de Sécurité Nationale en l’élargissant particulièrement en ce qui touche les dimensions non militaires. Quant à  l’avant-projet de loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM) 2015-2019 est un programme qui s’étend sur 5 ans et qui doit permettre aux forces armées maliennes d’acquérir des capacités leur permettent d’exécuter leurs missions. C’’est ainsi que le programme doit permettre d’arriver à  terme à  des objectifs spécifiques. Ceux-ci vont de l’amélioration de la capacité opérationnelle des unités combattantes au soutien logistique et appui à  la mobilité et contre mobilité en passant par l’amélioration du cadre de vie et de travail du personnel et du commandement. l’adoption de cette réforme est d’autant plus opportune qu’elle intervient à  un moment o๠le Mali sort d’une des crises les plus difficiles de son histoire contemporaines et qui a montré à  bien des égards les difficultés et les insuffisances de son armée. Nul doute que cette réforme marquera le renouveau de la grande muette avec une nouvelle carte d’identité et une nouvelle cartographie en vue de tenir tête aux menaces multiformes comme le terrorisme transnational.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut