Idées › Éditos

Séminaire de Gao sur la réconciliation: point de vue du Dr Anasser Ag Rhissa

Sous la Co-Présidence du Ministre de la réconciliation nationale, du Ministère de l’environnement, du Gouverneur de GAO, du Président du conseil régional de GAO et du Maire de GAO, et en partenariat avec plusieurs autres entités (Présidence, Primature, Ministère des affaires étrangères, Ministère de l’économie numérique, de l’information et de la communication, la MINUSMA et les ONG TASSAGHT/AEN), l’ONG TILWAT International a organisé, du 17 décembre au 21 décembre 2014, le séminaire de GAO portant sur « TIC, Rà‰CONCILIATION NATIONALE ET Rà‰GIONALISATION – RENFORCEMENT DE LA COHà‰SION SOCIALE, DE LA CONFIANCE ET DU VIVRE ENSEMBLE ». Un tel séminaire a réuni toutes les communautés de la région de GAO incluant des chefs de villages, des chefs de fractions Touaregs, Arabes, Peulhs, des chefs de quartiers, des chefs coutumiers, des chefs religieux, la jeunesse, des associations, en particulier celles des femmes et des jeunes, et des citoyens de toutes les communautés vivant dans la région de GAO. Il a été l’occasion de sensibiliser et d’informer largement sur le projet d’accord d’Alger pour une paix durable au Mali. 1. Objectif, Bilan du séminaire de GAO et actualité dans la région de GAO Le séminaire de GAO avait pour objectif le renforcement de la cohésion sociale, de la confiance et du vivre ensemble dans la région de GAO. Il a été une très grande réussite avec un nombre impressionnant de participants, cent vingt-neuf personnes (129) ont pris part aux sessions techniques et entre huit cent et mille personnes ont assisté à  la session culturelle incluant la cérémonie de clôture. Ce fut un grand événement, ayant réuni toutes les communautés de la région de GAO. Il a contribué à  répondre à  plusieurs interrogations sur le projet d’accord d’Alger en ayant permis une large sensibilisation et information sur ce projet pour une paix durable au Mali. Piochant dans la culture Malienne, la session culturelle s’est focalisée sur une course de chevaux et de chameaux aux rythmes de Tènedé/Zarka (Tambour/violon traditionnel Malien), sur des danses traditionnelles et sur un Takamba. Grand moment de communion et de partage, ce dernier a fait danser les différentes communautés ensemble. Les participants ont très bien apprécié ce séminaire. s’à‰TANT CONSTITUà‰S EN TROIS GROUPES POUR Rà‰FLà‰CHIR SUR LES ACTIONS A INITIER POUR RENFORCER LE VIVRE ENSEMBLE, LA CONFIANCE ET LA COHà‰SION SOCIALE DANS LA Rà‰GION DE GAO ET AU MALI, ILS ONT : (1) à‰MIS DES RECOMMANDATIONS, PARMI LESQUELLES à‰TENDRE CE TYPE DE Sà‰MINAIRE A TOUTES LES Rà‰GIONS DU MALI ET AUTANT QUE POSSIBLE AUX COLLECTIVITà‰S TERRITORIALES DU MALI, (2) LANCà‰ UN APPEL A TOUS LES MALIENS POUR l’ADHà‰SION AU PROCESSUS D’ALGER, (3) LANCà‰ UN APPEL POUR PLUS D’IMPLICATION DES MOUVEMENTS ARMà‰S POUR LA SIGNATURE DE L’ACCORD D’ALGER POUR UNE PAIX DURABLE AU MALI, (4) LANCà‰ UN APPEL A TOUS LES PARTENAIRES POUR LE SUPPORT DE CE TYPE DE SEMINAIRE, (5) LANCà‰ UN APPEL POUR LE SOUTIEN DE LA MINUSMA POUR SON ACTION AU MALI. Il est à  noter que cet appel au soutien de la MINUSMA, a été lancé le 21 décembre 2014, avant la révolte de la jeunesse de GAO qui s’est produite du 26 au 28 janvier 2015 et qui a eu comme conséquence macabre la mort de cinq jeunes et de nombreux blessés dont quatre grièvement. Nous adressons nos condoléances aux familles des disparus, à  la région de GAO et à  tout le Mali. Nous souhaitons un prompt rétablissement aux blessés. Cette révolte de la jeunesse a été lancée contre la MINUSMA en riposte à  la signature, de l’accord entre la MINUSMA et la Coordination des Mouvements de l’Azawad (MNLA, HCUA et MAA Belligérant), intervenue le 24 janvier 2015 et autorisant la création d’une Zone Temporaire de Sécurité (ZTS) à  Tabankort (200 Km de Gao). Le port d’armes devait être interdit dans cette zone ZTS démilitarisée, qui devait être gérée par la MINUSMA. Rappelons que depuis près d’un mois, Tabankort est le théâtre d’affrontements tragiques violents entre des membres de la coordination des mouvements de l’azawad et des membres de la plateforme (CMFPR, CPA, CAA-loyaliste, GATIA). Tabankort était sous contrôle des membres de la plateforme. La population et la jeunesse de GAO interprètent la signature de cet accord comme un signe de l’aide de la MINUSMA aux membres de la coordination des mouvements de l’azawad. La signature de cet accord n’avait pas empêché l’affrontement entre le GATIA et le MNLA. Nous déplorons la situation qui a amené cette révolte de la population et de la jeunesse de GAO et ce qui s’est passé, à  GAO, du 26 au 28 janvier 2015. Suite à  cette révolte et après l’intervention du gouvernement Malien, cet accord a été abrogé par la MINUSMA. Dommage qu’on soit arrivé à  cette conséquence tragique : les participants au séminaire de la région de GAO, dont plusieurs font partie de cette jeunesse, avaient lancé, le 21 décembre 2014, un appel au soutien de la MINUSMA pour son action au Mali. Nous appelons nos partenaires de la MINUSMA à  l’impartialité qui doit caractériser leur mission pour une protection efficace des populations et de leurs biens. A la jeunesse de GAO, que J’ai côtoyée pendant ce séminaire et qui a montré tout le long du séminaire son attachement au patriotisme, à  la sécurité et à  l’unité du pays, nous conseillons d’appeler au calme, de se concerter et de se rapprocher des ministres représentant le gouvernement, qui ont effectué le déplacement à  GAO, pour un échange sur ce qui s’est passé et pour trouver une solution adaptée à  la situation. l’arrivée sur place, à  GAO, du Président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, favorisera une telle solution. Nous souhaitons, pour donner la chance à  la signature définitive de l’accord d’Alger et à  la réconciliation nationale, que les mouvements armés et les parties prenantes s’en tiennent aux différents accords de cessez-le-feu qui avaient été signés. l’actualité nous a obligés à  parler des faits tragiques déplorables précédents, mais il est à  noter que ce séminaire de GAO a permis : – le renforcement de la cohésion sociale, de la confiance et du vivre ensemble entre les différentes communautés de la région de GAO, – le renforcement des capacités, gratuitement, de cent vingt-neuf (129) personnes de la région de GAO à  travers les sessions techniques pour l’équivalent de cinquante et un millions six cent mille francs CFA. l’élément relatif à  ce séminaire avait été diffusé, sur l’ORTM, dans le journal des formations, les 25, 29 et 30 décembre 2014. 2. Participation aux dépenses liées au séminaire de GAO : la solidarité et l’union font la force Les participants du séminaire de GAO, qui s’était déroulé du 17 au 21 décembre 2014, ont été pris en charge (pause-café, déjeuners pendant cinq jours, diner lors de la session culturelle du 21 décembre 2014, documentations, attestations) par l’ONG TILWAT International et son Président, Dr ANASSER AG RHISSA. De même, pour ce séminaire, les hôtesses, les agents d’organisation, les groupes d’artistes, animateurs de la session culturelle, ont été pris en charge par l’ONG TILWAT International et son Président. Le ministère de la réconciliation nationale a pris en charge les frais de médiatisation sur l’ORTM de ce séminaire. Le conseil régional de GAO a mis à  disposition, gratuitement, sa salle de conférence du 17 au 21 Décembre 2014. La mairie de GAO a mis à  disposition, gratuitement, le stade Kassé Keà¯ta de GAO pour la cérémonie culturelle qui s’était déroulée, le 21 décembre 2014, de 14H à  minuit. Il faut noter que les groupes d’artistes, animateurs de la session culturelle, ont accepté chacun une somme forfaitaire négligeable (vingt-cinq mille francs CFA pour un groupe culturel) du fait de leur patriotisme et pour indiquer leur engagement pour la patrie et le vivre ensemble. Il est aussi important de noter la solidarité qui s’était manifestée, dans la région de GAO, pour la participation à  la prise en charge des frais liés à  ce séminaire : – certains membres des communautés (Touaregs et Peulhs) ont apporté des animaux pour le michoui servi lors de la soirée culturelle du dernier jour, – les communautés Songho௠et Touaregs ont apporté des chevaux et chameaux pour un prix forfaitaire modique (dix mille francs CFA par cheval et dix mille francs CFA par chameau) : juste de quoi nourrir l’animal. – les groupes d’artistes ont accepté d’animer la soirée culturelle, comme nous l’avions dit plus haut, pour une somme négligeable. – certaines radios locales ont médiatisé gratuitement le séminaire et d’autres pour un prix modique. A travers la solidarité, le patriotisme, la mutualisation et la culture, les communautés de la région de GAO ont montré qu’on peut rapprocher les C’œurs et renforcer la cohésion et le vivre ensemble par ce type de séminaire. Ces initiatives à  travers ces séminaires, rapprochant les communautés entre elles, sont à  encourager et à  multiplier. 3. Entrées financières et perdiems Le Ministère de la réconciliation nationale a été saisi pour la prise en charge de certains participants et de certains frais, de même que la Primature, la Présidence et la MINUSMA. La Primature et la Présidence nous ont conseillé de voir le Ministère de la réconciliation nationale y compris pour les futurs séminaires. La MINUSMA n’a pu supporter le séminaire car il coà¯ncidait avec la fin de l’année budgétaire, par contre, elle a proposé ses services pour la sécurité autour du séminaire. Nous n’avons pas jugé utile de recourir à  ces services. Aucune entrée financière n’a, jusqu’ici, été enregistrée pour ce séminaire de GAO. C’’est ainsi que les perdiems n’avaient pas été payés aux participants. Des contacts, sans suite pour raison de non disponibilité de budget pour appuyer ces initiatives, avaient été pris avec d’autres partenaires potentiels pour la prise en charge de certains participants, cas de l’Ambassade de France et du PNUD. 4. Aide aux projets des jeunes et des associations l’ONG TASSAGHT et son partenaire AEN ont aidé cinquante projets des jeunes, de la région de GAO, sur le renforcement de la cohésion et du vivre ensemble à  travers le développement et l’élevage durables. Ce séminaire de GAO a été l’occasion pour l’ONG TILWAT International d’y intégrer gratuitement six de ces jeunes. l’ONG TILWAT International a aidé des citoyens et des associations de la région de GAO à  concevoir des projets sur le renforcement de la cohésion et du vivre ensemble, sur la réconciliation et sur le développement durable de la région dans le cadre de la régionalisation. Au total, dix projets de ce type sont conçus ou en voie de finition, cas de ceux de certaines associations de communautés des communes de Zindigua, N’Tillilt, Béra et Afalawlaw et de la ville de GAO. 5. Conclusion APRES CE SEMINAIRE DE GAO ET LES APPELS LANCES, PAR LES PARTICIPANTS, A LA COMMUNAUTE NATIONALE (POUR l’ADHESION AU PROCESSUS D’ALGER) ET INTERNATIONALE, LA REGION DE GAO ADHERE AU PROCESSUS D’ALGER.ET EST PRETE POUR LA RECONCILIATION NATIONALE. Elle souhaite des négociations inclusives auxquelles elle souhaite participer. Nous déplorons la situation qui a amené la révolte de la population et de la jeunesse de GAO et ce qui s’est passé, du 26 au 28 janvier 2015, et appelons la MINUSMA à  l’impartialité qui doit caractériser sa mission pour une protection efficace des populations et de leurs biens. A la jeunesse de GAO, que J’ai côtoyée pendant ce séminaire et qui a montré tout le long du séminaire son attachement au patriotisme, à  la sécurité et à  l’unité du pays, nous conseillons d’appeler au calme, de se concerter et de se rapprocher des ministres représentant le gouvernement, qui ont effectué le déplacement à  GAO, pour un échange sur ce qui s’est passé et pour trouver une solution adaptée à  la situation. l’arrivée sur place, à  GAO, du Président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, favorisera une telle solution. Nous souhaitons, pour donner la chance à  la signature définitive de l’accord d’Alger et à  la réconciliation nationale, que les mouvements armés et les parties prenantes s’en tiennent aux différents accords de cessez-le-feu qui avaient été signés. Comme le recommandent les participants aux séminaires qui se sont déjà  déroulés, à  Bamako et à  GAO, nous lançons un appel à  la Présidence, à  la Primature, aux ministères de la réconciliation nationale, de l’environnement et développement durable et de l’administration territoriale et de la décentralisation, de la solidarité et reconstruction du nord, des affaires étrangères, de la sécurité, de la défense et de l’économie numérique et de la communication mais aussi aux partenaires, afin d’aider cette solidarité et ce patriotisme qui se développent dans les régions afin de permettre d’organiser ce type de séminaire de renforcement de la cohésion sociale et du vivre ensemble dans toutes les régions du Mali. En particulier, à  TOMBOUCTOU et à  KIDAL programmés respectivement du 09 au 13 février 2015 et du 23 au 27 avril 2015. A travers la solidarité, le patriotisme, la mutualisation et la culture, les communautés de la région de GAO ont montré qu’on peut rapprocher les C’œurs et renforcer la cohésion et le vivre ensemble par ce type de séminaire. Ces initiatives à  travers ces séminaires, rapprochant les communautés entre elles, sont à  encourager et à  multiplier.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut