International › Afrique

Nigéria: offensive terrestre des forces tchadiennes

C’est la première fois, que les troupes tchadiennes déclenchent des hostilités sur le sol nigérian. Mardi matin, des blindés et des fantassins tchadiens ont franchi le pont séparant la ville camerounaise de Fotokol de la ville frontalière nigériane de Gamboru, après d’importants bombardements aériens et d’artillerie et des échanges de tirs nourris avec les islamistes. L’armée tchadienne avait pilonné pendant trois jours cette ville stratégique nigériane tombée aux mains des islamistes il y a plusieurs mois. Ils sont entrés en en vertu du « droit de poursuite » dont ils bénéficient, contrairement aux Camerounais dont les hommes restent pour l’instant à  Fotokol. « Nos forces basées à  Fotokol au Cameroun ont été une fois de plus lâchement attaquées par les hommes de Boko Haram et à  la suite de cela nous avons riposté, nous avons usé de notre droit de poursuite et on est arrivé jusqu’à  la ville de Gamboru et l’avons libérée totalement des forces du mal » a déclaré Hassan Sylla, ministre tchadien de la Communication tchadien et porte-parole du gouvernement sur les antennes de RFI. Selon le porte-parole, leurs éléments riposteront si elles sont attaquées. « Nous sommes décidés à  en finir avec cette bête-là  à  côté de nos frères d’armes camerounais, nigériens ou tous ceux qui sont engagés dans la lutte contre Boko Haram. » « Nous allons réagir et montrer la force de frappe de l’armée nationale tchadienne », poursuit-t-il. Entrés à  Fotokol autour de quatre heures du matin, les assaillants de Boko Haram ont égorgé plusieurs civils, incendié des habitations et des bâtiments administratifs. Il y a presque une semaine, l’Union africaine a apporté son soutien à  la force d’intervention rapide qui sera mise en place pour lutter contre les terroristes de Boko Haram. dont les actions néfastes menacent la stabilité du Nigeria et de ses voisins. Le conseil de paix et de sécurité de l’UA a lancé un appel pour la création d’une force forte régionale de 7 500 hommes pour combattre Boko Haram.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut