International › Afrique

Simone Gbagbo accuse la France d’’ingérence

l’audience de ce lundi 23 février à  la Cour d’assises d’Abidjan était attendue par les Ivoiriens. l’ex-première dame ivoirienne, Simone Gbagbo, 65 ans, surnommée la « Dame de fer » ivoirienne s’est exprimée « à  satiété » pour la première fois en public depuis son arrestation en avril 2011. Comme elle avait promis à  la presse, elle s’est exprimée durant une heure. Sans surprise, Simone Gbagbo dans le sillage de Laurent Gbagbo lors de sa déclaration publique à  la Haye le 1er mars dernier s’est appesantie sur le rôle qu’ont joué la France et l’ONU dans ce qu’elle a qualifié d’« élimination physique du président Laurent Gbagbo ». Elle ira jusqu’à  interpeller l’ex-président français. « De quoi le président Sarkozy se mêle-t-il ? », s’est exclamée Mme Gbagbo. Très incisive et satisfaite de pouvoir enfin s’exprimer, Simone Gbagbo n’y est pas allée avec le dos de la cuillère. Elle a tiré plusieurs minutes à  boulets rouges sur la France de Sarkozy tout en l’accusant d’avoir joué le rôle de balayeur pour le camp Alassane Ouattara, l’actuel président de la Côte d’Ivoire. Face à  certaines questions sans intérêts de l’accusation, la dame de fer ivoirienne ne se fera pas prier pour rappeler à  la Cour, que seuls les faits doivent être débattus, « On n’est pas ici pour justifier de ce que je pense, mais sur des faits précis » a-t-elle martelé. Les scènes d’esclandre entre Ivoiriens partisans et hostiles à  Simone Gbagbo et aux dignitaires de l’ancien régime sont récurrentes les jours de comparution. Un aspect qui pourrait peser sur la crédibilité du jugement si l’on en croit les déclarations de l’opposition ivoirienne qui soutient que la justice ivoirienne d’aujourd’hui est ‘’la justice des vainqueurs ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut