International › Monde

Mais où était donc passé Vladimir Poutine ?

C’’était donc à  l’occasion d’une visite du président Kirghiz Almazbek Atambaà¯ev. Dans son agenda, Vladimir Poutine, avait rendez-vous avec lui ce lundi 16 mars mais allait-il y assister ? Avant son porte-parole avait confirmé la rencontre entre les deux chefs d’à‰tat. De quoi mettre fin aux nombreuses rumeurs sur internet pour expliquer la disparition soudaine de Poutine, habituellement toujours présent dans les médias. Dimanche 15 mars, alors que l’absence du président russe se prolongeait, et que plusieurs médias citaient des sources différentes rapportant que Poutine avait été renversé. « Il y a des signes de coup d’à‰tat », estime un ancien ambassadeur israélien en Russie auprès du journal Haaretz alors que le directeur du Comité Islamique de la Russie affirmait que le président avait été « neutralisé » et remplacé à  la tête du pays. En dix jours, un nombre impressionnant de pistes ont été envisagées. Des sites internet ont même été jusqu’à  suivre les déplacements des avions gouvernementaux pour essayer de trouver des indices sur la localisation de Poutine. Sa dernière apparition publique remonte au 05 mars dernier, à  l’occasion d’une conférence de presse avec le premier ministre italien Matteo Renzi. Depuis lors, silence absolu. Cette absence a donné naissance à  une série de rumeurs dans les médias russes et européens. Une source Kazakh avait tout d’abord confié à  Reuters le mercredi 11 mars 2015 que Vladimir avait annulé son voyage. Une information aussitôt démentie par le Kremlin : Poutine est « tout à  fait en bonne santé ». Certains avaient même conclu que le chef d’Etat était peut-être même mort et d’autres, de s’amuser de cette hypothèse morbide. Une tendance qui a irrité les porte-paroles officiels : « Il va bien, on l’a répété cent fois. Ce n’est plus drôle maintenant ». Comme si cela ne suffisait pas, deux médias suisses s’en sont mêlés. Vendredi 13 mars, le tabloà¯d Blick et la Radio Télévision Suisse italienne, ont affirmé que la maà®tresse de Vladimir Poutine, l’ex-gymnaste médaillée olympique et députée Alina Kabaieva, se trouverait à  la clinique Sant’Anna, à  Sorengo, pour y mettre au monde leur bébé. Le Kremlin a une nouvelle fois catégoriquement démenti. Aux à‰tats-Unis, plusieurs médias ont rapporté lundi que Poutine avait tout simplement la grippe et se reposait à  l’abri des regards. Fin de l’histoire.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut