Politique › Politique Nationale

Bras de fer entre la CMTR et le ministère des Transports

La révolution de 1991 a donné naissance à  plusieurs syndicats dans les domaines clés d’activités génératrices de ressources pour l’Etat malien. Pour faire face à  la situation critique du domaine du transport routier, le gouvernement à  l’époque sous la pression de la banque mondiale devait urgemment créer un interlocuteur entre l’Etat malien et les transporteurs routiers du pays en vue d’élaborer une gestion effective dans ce secteur. C’’est dans ce contexte que naquit le Conseil Malien des Transporteurs Routiers connu sur le vocable CMTR par le décret N°04-359/ P-RM du 8 septembre 2004 à  la demande des transporteurs routiers. Cette structure professionnelle parapublique représente à  la fois ces deux entités. Elle représenta dès lors l’interface entre le gouvernement et les syndicats du domaine de transport. Le CMTR est donc depuis sa création, la structure qui a permis à  l’Etat et aux transporteurs à  travers la voix des syndicalistes d’étaler avec minutie les difficultés liées à  ce secteur tant important pour le pays. Cependant, le CMTR dont le bureau a officiellement été ouvert en 2006 a connu à  partir de 2012 ; fin du mandat du bureau national, un silence notoire de la part du gouvernement qui ne se manifestera que le 1er octobre 2013 avec l’insistance de la coordination des groupements routiers, a précisé Adama Coulibaly, membre de ladite coordination lors d’une conférence de presse tenue ce mercredi 25 mars à  Bamako. Depuis cette réaction aucun acte administratif jusqu’aujourd’hui n’a été pris par le ministère de tutelle pour orienter le sort de cette structure hautement stratégique dans le secteur du transport, a ajouté Adama Coulibaly. C’’est dans cette atmosphère de tension entre les parties que le 3 juillet 2014, le Ministère du Transport et de l’équipement adressait une correspondance au CMTR dans laquelle l’organisation des élections du bureau national prenait donc effet. Une décision qui devait certainement mettre fin aux dissensions. Début d’une nouvelle altercation Trois arrêtés ont à  ce jour été pris par le ministre du Transport et de l’équipement, Mamadou Hachim Koumaré pour régir le mode électoral de la mise en place du bureau national du conseil malien des transports routiers. Cependant, aucun n’a été approuvé par la coordination des groupements professionnels des transporteurs routiers taxant ces arrêtés ‘’contraires aux dispositions du décret d’application de 2004 ». Pour les membres du CMTR, le ministère a atteint le degré du paroxysme et de l’incompétence, a souligné Malick Diallo, vice-président du CMTR avant de déclarer que les vrais problèmes du Mali sont ses cadres. Il conclura en appelant le gouvernement à  s’imprégner de ce dossier sans quoi un préavis de grève serait déposé.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut