InternationalPolitique › Afrique

L’ONU pressée de voir l’accord signé

Les choses trainent. Pour un accord qui selon les vœux du gouvernement malien, aurait dû, aurait pu être signé le 26 Mars, il faudra encore attendre, mais jusqu’à  quand ? « on ne peut pas donner de délai, mais on ne peut pas attendre indéfiniment », a affirmé Mongi Hamdi, chef de la Minusma, lundi à  sa sortie d’ audience avec le Premier ministre malien Modibo Keà¯ta. La communauté internationale s’impatiente, pressée qu’elle est dans son rôle d’observateur de voir se conclure, un accord définitif de mise en oeuvre de la paix au Mali. La Coordination des mouvement de l’Azawad ne voit pas les choses ainsi et ne semble pas encline à  parapher un accord, qui lui échappe et qui ne prend pas en compte, ses revendications les plus intimes. L’idée pourtant à  faire passer est que « l’accord pourrait être utilisé comme une base pour la mise en place d’ une paix durable, crédible et juste pour tous les Maliens et toutes les Maliennes, pour tout le monde », réitère l’envoyé spécial des Nations Unies. Au même moment, une information fait état d’un déplacement de la coordination des mouvements de l’Azawad, à  Alger, pour y être entendus par la médiation. Une information à  confirmer, mais là , il ne s’agira pas d’un autre round de discussions. Mais peut être de concertations en OFF.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut