International › Monde

Crise Yéménite : prélude d’une guerre entre l’Arabie Saoudite et l’Iran ?

La situation au Yémen empire avec la recrudescence des affrontements entre les deux grandes sectes,sunnite et chiite. Les différences religieuses et sectaires à  l’origine de cette crise la font de plus en plus ressembler aux crises syrienne et irakienne. Initialement appelée guerre de Sa’dah, l’insurrection houthiste au Yémen qui a débuté en 2004 au sein du gouvernorat de Sa’dah au nord-ouest du pays est un des conflits de la troisième guerre du Yémen. Elle est la conséquence du sentiment de marginalisation ressenti par la communauté chiite houthi, dirigée par son leader Abdul-Malik al-Houthi qui va aboutir au coup d’Etat de 2015 du président Abd Rabo Mansour Hadi, élu à  la place du président Ali Abdallah Saleh, renversé à  la suite de la révolution yéménite en 2011. C’’est à  ce moment que l’atmosphère politique va se dégrader entre l’Arabie Saoudite, protectrice des Sunnites et l’Iran, parrain des chiites. Refugié à  Aden après la prise de Sanaa par les Houthis en février, le président Hady a reçu le soutien de la ligue arabe avec à  sa tête l’Arabie Saoudite. Elle amasse donc quelque 150 000 hommes le long des 1 800 kilomètres de frontière commune avec le Yémen et accuse les rebelles de déployer des missiles Scud qui menaceraient le royaume et Aden. C’’est la première fois que la force du Royaume de l’Arabie saoudite se déploie et intervient de façon directe dans ces territoires. Les causes de cette crise sont certes nombreuses mais le plus saillant est l' »arabité ». Pour des besoins de stratégie, l' »arabité » est ici assimilée au sunnisme. Et, par glissement, l’on plonge dans une confrontation stratégique entre “monde arabe” (Arabie Saoudite) d’un côté et l’Iran de l’autre. Une fatalité identitaire dans laquelle le monde musulman se perd inexorablement de jour en jour.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut