Culture › Actualités Culture

Festival de Kirina : A la source de l’histoire du Mandé

C’’est parti depuis hier jeudi, 9 avril 2015, pour la première édition du festival de Kirina dans le Mandé. Placé sous le thème : « la Culture au service de la paix », le festival vise à  promouvoir et valoriser l’histoire et la culture du Mandé. Du 9 au 12 avril, le village de Kirina, situé à  30 kilomètre de Bamako va vibrer au rythme de diverses activités culturelles dont des conférences-débats, des concerts, visites de sites touristiques et autres activités culturelles inspirées de la culture de la zone. La cérémonie de lancement a réuni du beau monde autour du ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, du représentant de l’Ambassade du Maroc au Mali, des députés à  l’Assemblée nationale, le maire du Mandé et des griots et notabilités de Kirina. Les couleurs de la cérémonie de lancement ont été annoncées par des prestations musicales de l’ensemble instrumentale du Mali qui a interprété une chanson dédiée à  la paix et le morceau ‘’Douga » réservé aux braves hommes du Mandé. La paix, l’entente et la réconciliation ont été chantées aussi par le groupe musical des enfants, ‘’Djiguiya », dans plusieurs de nos langues nationales. La partie a été agrémentée également par les prestations des groupes folkloriques, la danse des masques et le passage impressionnant des chasseurs de Kirina devant un public impressionné. Le chef de village de Kirina, Bengaly Kamissoko et le maire de la commune de Mandé, Mamourou Kéita, ont tous salué l’initiative avant de magnifier toute la place que le village occupe dans l’histoire du Mali en général et du Mandé en particulier. Abondant dans le même sens, le directeur du festival, Lassana Kamissoko, a indiqué que C’’est seulement à  Kirina qu’on pourra avoir la version réelle et authentique de la bataille de Kirina entre Soundiata Kéita et Soumaoro Kanté en 1235. Pour le ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, a apprécié une initiative locale qui, selon elle, permet de renforcer la paix et la cohésion sociale à  travers une meilleure connaissance des valeurs culturelles édictée dans la charte de Kurukan fuga et de participer à  la découverte du potentiel culturel de Kirina. Par ce voyage, il ne s’agit pas de refaire le monde, à  en croire Mme N’Diaye Ramatoulaye Daillo, mais de construire la mémoire actuelle. Et de faire savoir que son département envisage de renforcer les initiatives existantes et développer de nouvelles stratégies pour la promotion d’un tourisme axé sur la découverte de soi. Avant de retourner à  Bamako, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo a procédé à  la pose de la première pierre du monument dédié à  Soundjata Kéita. La cérémonie a pris fin par la reconstitution partielle de la bataille de Kirina très appréciée par le public. Le festival se poursuivra jusqu’au dimanche prochain.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut