Politique › Politique Nationale

17è conférence des chefs d’Etats du CILSS : le Mali prend les rênes

Après la 50è session du Conseil des ministres du CILSS, les chefs d’état du CLISS se réunis en conférence au Centre International de conférence de Bamako(CICB) ce mercredi 15 avril. Etaients présents Mamadou Issoufou, président du Niger, Mohamed Ould Abdel Aziz de la Mauritanie, Michel Kafando du Burkina Faso, le Premier Ministre Guinéen etc… Comme à  l’accoutumée, le président Ibrahim Boubacar Keita a souhaité la bienvenue aux délégations venues des différents pays. Il s’est dit très heureux que les chefs d’Etats aient honoré de leur présence la conférence du CILSS malgré leur agenda chargé : « Votre présence effective traduit à  souhait l’intérêt particulier que vous portez à  notre institution ». C’’était aussi l’occasion de féliciter les partenaires techniques et financiers qui aident à  faire du CILSS, une institution crédible aux yeux de la communauté internationale. Appel pour la Paix « Je voudrais lancer un appel aux institutions financières afin de mobiliser davantage de fonds pour répondre aux défis du CILSS ». La 17è conférence se tient au moment ou les pays sahéliens sont sous la menace terroriste, l’intolérance religieuse et toutes sortes de menaces transnationales etc… ». A cette conférence est revenu le dossier de l’Accord d’Alger. Pour Idriss Déby Itno : »la signature définitive de la paix permettra de lutter efficacement contre le terrorisme dans le Sahel ». Concernant ses deux mandats à  la tête du CILSS, le président tchadien a reçu des félicitations pour sa bonne gouvernance et ses résultats satisfaisants. Ce qui lui a valu une reconnaissance par le secrétaire exécutif du CILSS. « Je dédie ce trophée à  tous les sahéliens qui ne cessent de se battre pour la survie de leurs populations». Les partenaires techniques financiers ont une fois de plus réaffirmé leur soutien au CILSS. C’est désormais le Mali qui prend la présidence du CILSS à  l’issue de cette 17è conférence des Chefs d’Etats tenue à  Bamako.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut