International › Monde

De Luther King à Obama… Rien n’a changé

Tout commence à  Ferguson, dans le Missouri, en août 2014. Michael Brown, un jeune Noir de la ville, non armé, est abattu par un policier blanc. La rue prend feu et Barack Obama, réagit, déclarant que ce «n’était pas un incident isolé». La situation s’aggrave quand quelques jours plus tard, Eric Garner, lui aussi non armé, est à  son tour tué par des policiers lors d’une interpellation musclée. Le 13 décembre, le pays tout entier descend dans la rue pour protester contre cette violence gratuite des policiers à  l’égard de citoyens noirs. Malgré les marches gigantesques qui se sont déroulées dans le pays et les nombreux appels au calme, une nouvelle affaire vient de nouveau embraser l’opinion. Le 19 avril dernier, la ville de Baltimore se révolte à  son tour après le meurtre de Freddie Gray, un noir, par des policiers blancs. Depuis Ferguson, C’’est au total une dizaine de Noirs américains qui ont été tués par les forces de l’ordre. Cette série d’événements met-elle en lumière une division de la société américaine ? On pourrait le croire tant les différences sociales se sont renforcées ces dernières années. La classe pauvre, majoritairement noire, se sent abandonnée de Washington o๠les difficultés économiques participent au renforcement d’une classe dirigeante majoritairement blanche et « pro-lobby armes ». Selon des observateurs, tous ces troubles sont la manifestation de la colère contre la pauvreté, le chômage, la désintégration sociale. C’’est également une réaction de la communauté afro-américaine au racisme croissant qu’elle perçoit chez les Blancs, comme si rien n’avait changé près de cinquante ans après la lutte contre les droits civiques, en dépit de l’élection historique d’un président noir…

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut