Idées › Tribune

Eclairage : La paix des dupes

Ces derniers tiennent à  leur Azawad. Ils veulent la reconnaissance de l’Azawad en tant qu’entité géographique et territoriale autrement dit une grosse calvitie sur la tête du Mali. Le gouvernement dit être de bonne foi en avalisant les amendements de la CMA. Le président de la république promet de ne pas abuser ses interlocuteurs. La plateforme s’engage à  aider la république à  parvenir à  une paix durable voire définitive. La CMA s’érige en faiseur de paix. Beau tableau ! Sur le terrain, la réalité sera autre puisque la CMA exige deux préalables : d’abord la récupération de ses positions à  Ménaka donc le retour au statu quo avant le cessez-le feu du 23 mai et la reconnaissance de l’entité Azawad. La première exigence est un point d’honneur non négociable avant toute tentative d’application des accords de Bamako. Djeri Maiga assimile la satisfaction de cette exigence au pansement d’une « humiliation subie par les peuples de l’Azawad ». La deuxième exigence est un couteau à  double tranchant d’autant que la satisfaire C’’est institutionnaliser l’Azawad et la rejeter serait la manifestation d’une mauvaise volonté de l’Etat sur la route de la paix. Que faire ? Le calendrier de travail du comité de suivi reste suspendu à  la satisfaction des deux préalables précités comme quoi « la signature n’est pas la paix et la paix totale dépend de ces deux préalables » qui ne divisent pas le Mali selon le vice –président du Mnla ! De qui se moque-t-on ?

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut