Culture › Actualités Culture

Conservation des Manuscrits Anciens : 100 millions de francs pour l’institut Ahmed Baba

L’idée est partie du World Islamic-Forum de Doha en Juin 2014, lorsque des intellectuels, des artistes et des experts ont évoqué la possibilité d’engager une initiative globale pour soutenir la renaissance de Tombouctou, cité mythique, carrefour de civilisations et lieu de savoir, o๠érudits, savants et caravaniers se croisèrent à  travers les siècles… Ainsi est né le « Timbuktu Renaissance Initiative », une initiative non gouvernementale, sous la houlette de l’ambassadeur Cynthia Schneider,du Brooking Institute de Washington, pour aider le Mali et le processus de réconciliation avec un focus important sur la culture. D’ailleurs, l’initiative est co-dirigée avec Manny Ansar, qui est le Directeur du Festival Au Désert, dont la dernière édition a eu lieu à  Tombouctou en Janvier 2012. D’ailleurs, la réalisatrice américaine Molly Knight Raskin a réalisé un très beau film sur Tombouctou, visible sur le site internet www.timbukturenaissance.org « Le patrimoine de Tombouctou, n’appartient pas seulement au Mali mais au monde entier », a rappelé l’ambassadeur Paul Folmsbee, lors d’une conférence de presse à  Bamako le 5 novembre. C’est pourquoi les Etats-Unis ont décidé de subventionner le Centre Ahmed Baba de la cité sainte à  hauteur de 100 millions, une somme qui servira à  numériser des milliers de manuscrits anciens, à  les cataloguer et à  les traduire pour le grand public. Lors de l’occupation de Tombouctou, en 2012, ce sont près de 4000 manuscrit qui ont été détruits, une partie a pu être acheminée à  Bamako pour échapper aux mains des djihadistes, rappelle le Dr Abdoul Kadri Idrissa Maiga, du Centre Ahmed Baba. L’Institut Ahmed Baba compte environ 45000 manuscrits et l’aide américaine va permettre d’en numériser 2500, énonce le professeur. Ce qui donne une idée du travail restant à  accomplir pour pérenniser la conservation de ces manuscrits anciens. A travers le ‘ Timbuktu Renaissance Initiative », rappelle Cinthia Schneider, un Centre d’innovation et de culture, le premier du genre, va bientôt voir le jour dans la cité des 333 sains pour multiplier les activités culturelles, contribuer au relèvement culturel de Tombouctou, en attendant, espèrent les initiateurs, une université un jour et une renaissance du prestigieux « Festival Au Désert ». Cela à  condition que les conditions sécuritaires le permettent. Inch’allah…

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut