Politique › Politique Nationale

Les députés prorogent l’Etat d’Urgence

Au terme de 10 jours, le gouvernement du Mali a décidé de proroger l’état d’urgence jusqu’au 31 mars 2016. Pour ce faire, le projet de loi était sur la table des députés pour l’adoption. A l’unanimité les honorable ont voté le projet de loi. Au total 104 députés pour et 0 contre 0 abstention. Ce projet de loi est initié par le ministre de l’administration territoriale, a été adopté par le conseil des ministres en sa séance extraordinaire du 28 décembre 2015. Cette décision de prorogation de l’Etat d’urgence se justifie selon le président de la Commission de lois par la crise sécuritaire et l’occupation prolongée des régions et de Tombouctou, Gao, Kidal ainsi qu’ une partie de la région de Mopti. Tout cela constitue indiscutablement une source d’inquiétude et d’insécurité pour l’ensemble des population maliennes tant dans les zones citées que dans les autres région du pays. « Aujourd’hui, la situation sécuritaire reste fragilisée par des menaces d’atteinte à  l’intégrité physique et aux biens des populations sur l’ensemble du territoire national et même dans la sous région. Ces menaces sont réelles compte tenu des attaques meurtrières dans Bamako et dans les régions » rappelle le rapporteur de la commission lois. [Faire face aux menaces ] Pour le ministre de l’administration territoriale Abdoulaye Idrissa Maiga, proroger l’Etat d’Urgence, C’’est faire face aux menaces terroristes, et à  la nécessité d’instaurer et maintenir un climat serein sur toute l’étendue du territoire national. D’o๠la volonté du gouvernement à  initier un projet de loi autorisant la prorogation de l’état d’urgence conformément aux dispositions de la constitution du 25 février 1992. l’assemblée nationale recommande également au gouvernement de procéder à  la relecture de la loi N 87-49/AN-RM du 10 aout 1987 relative à  l’Etat de siège et à  l’état d’urgence, de mettre en place de façon diligence la commission consultative de contrôle afin d’éviter des abus éventuels. Les députés recommandent au gouvernement de prendre toutes les mesures nécessaires pour préserver l’ordre public, la tranquillité des populations dans la mise en œuvre de l’état d’urgence, d’organiser une vaste campagne d’information et de sensibilisation des populations et des autorités administratives pour une meilleure appropriation de la notion d’urgence. La question de la célébration du Maouloud et l’état d’urgence a été évoquées lors du débat. En réponse, le ministre de l’administration territorial réaffirme que l’état d’urgence ne signifie l’arrêt de la vie mais plutôt le renforcement du pouvoir des forces de sécurités et celui de l’autorité pour mieux sécuriser le pays.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut