Politique › Politique Nationale

Abdoulaye DIOP :  » La recrudescence des attaques terroristes entrave la mise en oeuvre de l’Accord »

Abdoulaye DIOP, le ministre malien des affaires étrangères qui participait le lundi 11 janvier 2016 à  une réunion du Conseil de Sécurité des Nations Unies a face aux diplomates onusiens, réaffirmé l’engagement du Mali à  poursuivre le processus de paix en dépit des écueils, liés en grande partie à  la recrudescence des attaques terroristes au Mali. « Elles entravent la mise en oeuvre de l’Accord », dira le diplomate. Même si sur le terrain, des avancées sont constatées ça et là , les processus de désarmement et de cantonnement prennent du temps. Hervé Ladsous, chef de opérations de maintien de paix a lui déploré le retard pris dans les engagements du Mali à  sécuriser la paix. Mais pour Abdoulaye DIOP, le Mali a ses priorités. Elles concernent la mobilisation des fonds de développement, ainsi le Mali aura présenté à  la conférence de l’OCDE en Octobre 2015, sa stratégie spécifique de d6veloppement des régions du nord du pays et annoncé une contribution sur ressources propres de 300 milliards de francs CFA (451 millions d’euros) pour la période 2016-2018. En outre, le Gouvernement du Mali a annoncé l’établissement du Fonds de développement durable prévu par l’accord. A cela s’ajoute, les 2120 milliards de FCFA de promesses d’aide des partenaires financiers du Mali. A l’issue de la réunion, le diplomate DIOP demandera aussi à  l’ONU de réfléchir à  une stratégie « exit », de sortie de la Minusma du Mali, en réponse à  une montée en niveau des forces armées maliennes sur le terrain et cela pour leur confier davantage de responsabilité dans la sécurisation du territoire. Une demande à  laquelle l’ONU devrait avoir tout le temps de réfléchir.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut