Politique › Politique Nationale

Présentation des vœux : Modibo Sidibé face à la presse

Au siège du parti sis à  Bolibana, les journalistes se sont déplacés nombreux pour échanger avec le président des FARE. Au cours de cette conférence de presse, ce dernier a dévoilé la vision de son parti sur les maux de la Nation entre autres, l’insécurité, la gouvernance, la cherté de la vie et l’emploi des jeunes. Il a aussi demandé au pouvoir d’organiser une concertation nationale afin de trouver une issue favorable au problème d’insécurité. Une occasion pour Modibo Sidibé de clore le sujet du départ de Kaoural des FARE. A ses dires, les membres de Kaoural sont venus en grand nombre vers le parti, affirmant leur convergence de vues pour la Nation. « De ce fait, ils avaient manifesté leur adhésion au parti qui a été ainsi faite. Si quelques temps après, ces mêmes membres décident de partir, on peut dire que Kaoural est venu et Kaoural est parti », a-t-il déclaré avant de leur souhaiter bon vent. Parlant de l’année 2015 écoulée, le Président Modibo Sidibé a affirmé que le Mali a payé un prix fort à  l’insécurité qui est en passe de se généraliser sur toute l’étendue du territoire avec des attaques terroristes et attentats dont les plus marquants ont incontestablement été les attaques contre le restaurant la « Terrasse » à  Bamako, l’Hôtel Byblos à  Sévaré et l’Hôtel Radisson Blu de Bamako. « Ce sont quelques 200 attaques et attentats d’ordre criminel qui ont été perpétrés un peu partout sur le territoire national contre les personnes et leurs biens, les symboles de l’Etat, les forces armées de défense et de sécurité, ainsi que les forces internationales présentes au Mali dans le cadre de la Mission de Stabilisation sous mandat des Nations-Unies. Ces actes criminels ont coûté la vie à  plus de 300 personnes, sans compter leur impact sur l’image et la notoriété du pays », a indiqué le Président des FARE. Le parti FARE préconise de reprendre là  o๠le pays a trébuché en donnant l’occasion au peuple de s’approprier véritablement des enjeux, les défis et les perspectives de notre devenir commun. A ce sujet, il réitère son invitation au gouvernement pour l’organisation d’une large concertation nationale sur les grands maux qui minent actuellement la vie de la nation, dont notamment l’Accord issu du processus d’Alger. s’agissant de l’hivernage, l’ancien Premier ministre se réjouit de l’importante production céréalière. « Les importantes productions céréalières dont le riz, 2.451 millions de tonnes faisant de notre pays, le 2ème producteur de l’Afrique de l’Ouest (Agence Ecofin) s’inscrivent dans l’élan imprimé par l’initiative riz. Une initiative qui, en subventionnant les intrants, a boosté la production de plus de 50% lors de la campagne 2008 – 2009, d’1.082.384 tonnes à  1.624.246 tonnes, production qui avait atteint en 2010 – 2011, 2.308.233 tonnes. C’’est dire que le dispositif de subvention des intrants était une action pertinente et structurelle », a déclaré Modibo Sidibé. Pour lui, le manque de vision du gouvernement dans le domaine des équipements et des infrastructures constitue l’une des menaces graves pour l’année 2016. Le pays baigne, selon lui, dans une absence de perspectives d’amélioration de l’environnement économique et de ses retombées sociales. « l’année qui s’achève a montré à  quel point notre peuple est confronté à  la précarité. Et particulièrement notre jeunesse. Le pouvoir se contente d’exhiber un taux de croissance de 7% en 2014 et de 6% en 2015, mais le coût de la vie demeure toujours bien au-dessus du pouvoir d’achat des Maliens, de plus en plus nombreux à  vivre dans la précarité… », a souligné le Président des FARE.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut