Économie › Finance & Business

Bamako-Dakar : du nouveau sur la ligne

Dans l’incapacité de régler ses nombreux créanciers et fournisseurs, Tranrail, qui exploitait le chemin de fer, avait obtenu en août 2009 du tribunal de Bamako, l’autorisation de mettre la société sous règlement préventif. Cette procédure lui avait permis, pendant une période donnée, d’éviter la saisie de son patrimoine ou de ses comptes bancaires, afin de lui permettre de redresser la situation, et même d’entamer des investissements. Las, les déraillements fréquents, la vétusté des wagons et des emprises anarchiques sur les voies ont poussé les gouvernements sénégalais et malien à  dénoncer en décembre 2015 la concession, d’une durée initiale de 25 ans, qui les liait depuis 12 ans au groupe français Advens, dirigé par Abbas Jaber, et actionnaire majoritaire de Transrail. Faute de n’avoir pu redresser la situation, la société cède donc la place à  une nouvelle entité, Dakar-Bamako Ferroviaire (DBF), désormais chargée de donner un nouveau souffle au transport ferroviaire entre les deux capitales. DBF aux manettes l’administrateur général de DBF, Josef Gabriel Sambou, a été installé le 15 mars dernier et s’est aussitôt mis à  la tâche. Le nouveau dispositif comprend, côté malien, un plan de relance grâce à  un prêt de 1,3 milliard d’euros (850 milliards de francs CFA) octroyé par le gouvernement chinois et financé à  un taux concessionnel maximum de 2% pour une durée de remboursement de 30 ans. Ces fonds permettront de rénover le tronçon malien de la ligne de chemin de fer Bamako-Dakar, soit environ 600 km. Le contrat a été signé fin à  2015 par l’à‰tat malien et l’entreprise publique China Railway Construction Corporation International. Le projet inclut aussi la formation d’ingénieurs et techniciens des chemins de fer, la réhabilitation de vingt-deux gares, ainsi qu’une voie intérieure. Sur le plan social, l’administrateur de la DBF a rassuré les employés. « Je demande à  tous les syndicats de travailler ensemble pour une réussite de l’entreprise », a déclaré M. Sambou lors de sa prise de fonction. à€ Bamako, Abdoulaye Berthé, secrétaire général de la section syndicale unique UNTM/Transrail, et ses camarades « observent » la nouvelle direction. « Les personnes qui ont été choisi pour conduire cette période transitoire sont des hommes d’expérience. Notre priorité C’’est la sauvegarde de l’entreprise qui emploie aujourd’hui 800 personnes », déclare le syndicaliste.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut