Société › Actualités Société

Crash Air Algérie: l’erreur humaine confirmée

selon le rapport des enquêteurs français du Bureau d’enquêtes et analyses (BEA), la cause principale de l’accident réside dans la non-activation par les pilotes du système d’antigivre des moteurs, ce qui a pu provoquer le décrochage de l’avion. C’est l’hypothèse qui avait été précedemment avancée dans le premier rapport qui avait été rendu public par le BEA en avril 2015. Le vol Ouagadougou-Alger, un McDonnell Douglas MD 83 exploité par la compagnie Swiftair et affrété par Air Algérie, s’était écrasé dans le nord du Mali dans la région de Gossi, le 24 juillet 2014 avec 116 personnes à  son bord. Il n y a eu aucun survivant. Le rapport final publié en premier lieu ce vendredi 22 avril au matin par le Ministère de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement est désormais à  la disposition des familles dont l’avocat avait, il y a un an, avait qualifié d’ « accablants » les dysfonctionnements révélés par l’enquête judiciaire sur l’accident. Le BEA a apporté son assistance technique à  la commission d’enquête sur les accidents et incidents d’aviation civile malienne.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut