› Société

Circulation alternée : ce qu’en pensent les Bamakois

Trois axes stratégiques sont en sens unique de 16h à 19h30

À l’occasion du mois de Ramadan, la mairie du district, en collaboration avec les ministères des transports et de la sécurité, a mis en place un plan de circulation alternée sur certains grands axes de Bamako. Mais qu’en pensent les usagers ?

« L’objectif est de faciliter le retour aux domiciles à la fin de la journée de travail », soulignait le communiqué émanant du maire du district de Bamako, quelques jours avant l’entrée en vigueur de ce plan de circulation « spécial ramadan ». Ainsi, de 16h à 19h30 et du lundi au samedi, 3 grands axes de la capitale, à savoir l’avenue Cheick Zayed, la route de Koulikoro et l’avenue Martin Luther King se retrouvent à sens unique. Une dizaine de jours après l’entrée en vigueur de la disposition, les avis sont partagés, même si une grande majorité des usagers en reconnaît la pertinence.

Ce qui semble surtout déranger, c’est « le manque de communication en amont », comme l’explique Hamadoun Niangado, concepteur rédacteur, qui déplore que les usagers n’aient pas eu l’information à temps, surtout concernant les axes alternatifs proposés à ceux qui viennent en sens opposé. Des trajets « en zig-zag », c’est ce que déplore aussi Djeneba Sidibé, commerçante, qui passe  « des heures et des heures pour se retrouver bien souvent dans des quartiers qui n’ont aucun lien avec notre trajet. C’est vraiment difficile ». Hamidou, chauffeur de Sotrama n’est pas content non plus. Il estime cette décision défavorable, dans la mesure où « elle a bouleversé notre fonctionnement. Il nous est difficile de parcourir notre trajet normal et avoir nos clients », se lamente le chauffeur, qui avoue déposer les clients bien avant la fin du nouveau circuit, qui ne l’ « arrange pas du tout ».

Nombreux sont cependant ceux voyant cette mesure comme un véritable soulagement, qui vient fluidifier une « circulation infernale ». Ahmed Auguste, employé de bureau, fait partie de cette catégorie et « soutient cette décision pendant le carême, période durant laquelle l’énervement est rapide ». Mamadou Doucouré, étudiant, est lui aussi « plus que satisfait en partant à la maison sur la route de Koulikoro ». Certains usagers se mettent même à rêver de larges voies à sens unique dans Bamako. « Ce test est concluant et il doit pousser les autorités à investir dans de nouvelles voies bitumées au centre ville », assure Ousmane Diallo, commercial. La ville grandissant et le nombre d’automobiles croissant, le trafic est de plus en plus difficile, en particulier aux heures de pointe. Le principal enseignement est sans doute qu’il urge de repenser la circulation dans la capitale.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut