› Politique

Mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali : La société civile se veut une sentinelle

Ahmed Mohamed Ag Hamani, ancien premier ministre et président du mouvement patriotique pour le Mali (MPM)

Le mouvement patriote pour le Mali (MPM) qui regroupe plusieurs organisations de la société civile ont mis en place un comité de veille et d’alerte pour la mise en œuvre de l’Accord paix.

Cette rencontre, en cours à la maison des aînés pour l’élaboration des activités d’observation, se veut une de veille d’alerte des outils de l’accord. C’était à la faveur d’un atelier organisé par la mouvement patriotique pour le Mali et financé par le National Democratic Institute (NDI).

Selon le représentant du NDI, son organisation a joué pleinement sa participation dans la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, et permettra aux acteurs de la société civile de ne pas se sentir exclus du processus.

Le mouvement patriote pour le Mali (MPM), par la voix de son président Ahmed Mohamed Ag Hamani, ancien premier ministre, a déclaré qu’il s’agit à renforcer les capacités des acteurs de la société civile afin qu’ils soient à même d’interpeller les parties censées mettre en œuvre l’Accord pour éviter toute dérive. La participation de la société civile est même encouragée par l’Accord dans son articles 51 qui indique que : « les parties demandent à la classe politique ainsi qu’à la société civile, notamment les organisations de femmes et de jeunes, les medias, communicateurs, traditionnels et les autorités traditionnelles et religieuses d’apporter leur plein concours à la réalisation des objectifs de l’accord».

Cette initiative de la société civile pourrait éviter tout blocage dans la mise en œuvre de l’Accord qui a pris un certain retard.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut