› Économie

Si le franc malien m’était conté…

Le Franc malien était le symbole de l'indépendance économique du Mali

Il y a tout juste 54 ans, juste après avoir acquis son indépendance politique, le Mali se lançait dans un autre combat, celui de l’indépendance économique. Le Franc malien en était le symbole, mais il fit long feu…

« Depuis le 1er juillet 1962 à zéro heure, la République du Mali dispose de sa propre monnaie », déclarait le président Modibo Keïta, au lendemain de la création du franc malien. Le Mali, à la différence de plusieurs pays africains, prenait donc en main sa politique monétaire. Le père de l’indépendance, Modibo Keïta avait pris la décision de ne plus procéder au dépôt des 50% de réserves de change au Trésor français, auquel étaient contraintes chaque ancienne colonie française d’Afrique, en contrepartie de la garantie par Paris du franc, de façon illimitée. Tournant le dos « à la stabilité et la crédibilité internationale » qu’offrait cet accord, le Mali décidait d’emboîter le pas à la Guinée, qui avait fait de même deux ans plutôt. Pour Étienne Fakaba Sissoko, économiste, la création du franc malien était un symbole de souveraineté. « Il permettait au Mali de jouir pleinement de sa monnaie et de s’en servir comme un instrument de politique économique. On pouvait désormais décider de faire venir des investisseurs étrangers, d’investir librement dans les secteurs de développement tels que l’industrie », explique l’économiste. « Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui » précise-t-il.

Pari risqué

Pour les commerçants, le franc malien, fabriqué en Tchécoslovaquie et surtout non convertible, rendait difficiles les relations économiques, ne serait-ce qu’avec les voisins de la zone CFA. Le ravitaillement en produits de première nécessité fut compromis, reconnait le spécialiste. Le Mali plongeait ainsi dans un marasme économique consécutif, sa monnaie fut rapidement dépréciée, entraînant la ruine du commerce local et du secteur informel. Le gouvernement finit par dévaluer de 50 % sa monnaie en 1967, afin de relancer l’économie. Malgré la mauvaise tournure prise par cette « aventure du franc malien », ils sont nombreux à être nostalgiques de cette révolution éphémère. 56 ans après son accession à l’indépendance, le Mali à l’instar des pays de la zone franc, souffre toujours de dépendance monétaire. Pour Étienne F. Sissoko, il n’est plus question de créer des monnaies nationales, mais de tirer les leçons de ces expériences pour avoir une monnaie commune viable, pour l’espace CEDEAO.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut