Culture › Cinéma, Théâtre & Livres

Salafistes : plus d’interdiction aux mineurs

La justice a annulé l’interdiction aux mineurs qui frappait le film documentaire "Salafistes"

Mardi 12 juillet, la justice a annulé l’interdiction aux mineurs qui frappait le film documentaire « Salafistes », réalisé par le journaliste mauritanien Lemine Ould Mohamed Salem et le réalisateur français François Margolin.

Le réalisateur français, François Margolin, et le journaliste mauritanien, Lemine Ould Mohamed Salem, ont réalisé le documentaire « Salafistes »  qui a fait beaucoup de bruit à sa sortie, en début 2016. Tourné en Mauritanie, au Mali, en Irak, en Tunisie, en Algérie, le film donne la parole aux adeptes de cette idéologie fondamentaliste qu’est le « Salafisme » qu’ils ont rencontré. De nombreuses scènes montrent l’application de la charia, avec des femmes  réprimandées par la police politique, l’amputation de la main d’un voleur… Seules quatre salles de cinéma avaient accepté de le projeter, le film, à sa sortie en janvier. Le film a d’ailleurs été frappé d’interdiction aux moins de 18 ans en France par la commission de classification. On reprochait au documentaire de montrer des extraits de vidéos de propagande d’Al-Qaïda et de l’Etat islamique, et donc de servir leur cause. Un reproche dont ne cesse de se défendre Lemine Ould M. Salem qui a confié au journal Le Monde, que son film « montre également plusieurs scènes de résistance et dissidence aux djihadistes. » Les auteurs du film ont été par la suite contraint d’en proposer une version remaniée avant la sortie, après une projection houleuse au Festival international des programmes audiovisuels (FIPA), en janvier.

Mais depuis le mardi 12 juillet 2016, l’interdiction aux mineurs, décidée le 27 janvier, a été annulée par la justice. Selon Agence France Presse, le ministère de la Culture a tout de même « rappelé que la commission de classification des films a émis par deux fois avec une majorité forte un avis en faveur des moins de 18 ans, en raison de l’absence de commentaires et de l’extrême violence des images ». La décision du Tribunal a été accueillie par François Margolin comme « une immense victoire ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut