› Politique

10ème  session du CSA : Large convergence de vue des participants

C’est dans un climat de sérénité et surtout de compréhension mutuelle qu’ont pris fin les travaux de la 10ème  session du Comité de suivi de l’Accord d’Alger, tenus au CICB du 25 au 26 juillet dernier. Les participants ont eu une convergence de vue sur les points qui étaient à l’ordre du jour. En ce qui concerne la situation de Kidal, les groupes armés ont décidé de laver leur linge sale entre eux.

Le week-end passé avait été émaillé par des rumeurs les plus folles sur un clash autour de la 10ème session du CSA, vue la tension entre les groupes armées signataires de l’Accord. Malgré cette forte tension qui planait sur le processus, les travaux se sont bien déroulés et les divergences de vue sur les deux principaux points qui étaient  à l’ordre du jour ont été traitées à la satisfaction générale des participants. Il s’agit du mécanisme et les modalités pratiques de la mise en place des autorités intérimaires, le Mécanisme opérationnel de coordination (MOC).  « Les choses se sont bien déroulées, il n’y a pas eu de problèmes majeurs, les points qui étaient sur la table de discussion ont été traités d’un commun accord dans l’intérêt général de chacune des parties », explique Inhaye Ag Mohamed, Secrétaire permanent de la commission nationale de mise en œuvre de l’Accord d’Alger.

Pour la mise en pratique des patrouilles mixtes dans le cadre du MOC, le gouvernement et les groupes armés se sont mis d’accord pour commencer par la région de Gao où les véhicules ont déjà été mis à disposition. Un avis partagé par les groupes armés, faisant un sursaut à leur exigence de démarrer les patrouilles dans les cinq régions du Nord. « Nous avons accepté d’aller avec les moyens du bord, en attendant que le gouvernement et les partenaires techniques et financiers mobilisent des moyens pour l’opérationnalisation du MOC dans les autres régions », souligne Mamadou Djéri Mali de la CMA.  Concernant l’installation des autorités intérimaires, il y avait des divergences entre les deux camps. Le gouvernement voulait que celles-ci soient mise en place sans tenir compte du calendrier de déploiement des patrouilles mixtes dans le cadre du MOC.

Alors que pour les groupes armés cet aspect sécuritaire est un préalable à l’installation desdites autorités. « Là également, une issue favorable été trouvée  aux termes des discussions. Nous sommes convenus de faire des sensibilisations constantes, tous ensemble, gouvernement, CMA et plateforme pour d’abord afficher notre volonté commune d’aller de l’avant et en même temps motiver la population pour une adhésion massive », ajoute M. Maiga.  Dans un communiqué ayant sanctionné les travaux, le président du CSA, Ahmed Boutache a salué les résultats de la Commission ad hoc, mise en place par les parties chargées de réfléchir l’opérationnalisation du MOC et des patrouilles mixtes.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut