PolitiquePolitique › Politique Nationale

8 mois de plus pour l’état d’urgence

« Je voudrais vous rassurer que l’état d’urgence contribue à stabiliser et à préserver la sécurité du pays», déclarait  Abdoulaye Idrissa Maïga, ministre de l’Administration territoriale devant les députés de l’Assemblée Nationale réuni en session extraordinaire ce samedi 30 juillet. Cette session des élus de la nation est la réponse logique du Conseil des ministres extraordinaire qui a adopté un projet de loi visant à proroger une fois de plus l’état d’urgence. Sans surprise, le projet de loi a été  approuvé à l’unanimité des 99 députés présents dans l’hémicycle à Bamako. Cette nouvelle prorogation concerne la période du 1er août 2016 au 29 mars 2017 à minuit.

Cette mesure exceptionnelle prévue par l’article 72 de la constitution du 25 février 1992 est décrétée à chaque fois que le pays connait une situation difficile ou fragile notamment sur le plan sécuritaire. Décrété en Conseil des Ministres, l’état d’urgence ne peut être prorogé au-delà de dix jours qu’avec l’autorisation de l’Assemblée Nationale. Depuis l’attaque de l’hôtel Radisson Blu de Bamako par des jihadistes, le 20 novembre 2015, qui a fait 20 morts et deux assaillants tués, l’état d’urgence a été instauré à plusieurs reprises au Mali. La derrière prorogation remonte au 21 juillet dernier avec l’attaque du camp militaire de Nampala durant lequel 17 soldats maliens avaient été tués ainsi que 35 personnes blessés.  Le compte rendu du Conseil des ministres de vendredi dernier explique que la nouvelle prorogation jusqu’au 29 mars 2017 « s’inscrit dans le cadre du renforcement des actions de lutte contre le terrorisme, les crimes organisés et toutes les formes de menace ou d’atteinte à la paix et à la sécurité des personnes et de leurs biens au Mali». Les problèmes sécuritaires que connaît la Mali actuellement, pourtait à l’avenir, proroger cette mesure d’exception.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut