Société › Faits Divers

Panique à Faladié: fausse alerte à l’ex-hôtel Royal

Une véritable panique a envahi, ce matin, le quartier de Faladié suite à une perquisition  menée par la police. Selon l’un des gardiens de l’immeuble nommé Samba, il était 9h quand la police a bouclé tout le périmètre autour de cet ancien hôtel situé à mi-chemin entre la gare routière de Sogoniko et la Tour de l’Afrique, ils ont arrêté toutes les personnes qui étaient sur place », explique un jeune vigile en poste dans les environs . » Les gendarmes ont braqué des fusils sur nous en nous regroupant dans un magasin et en nous fouillant tous « , poursuit-t’il. « C’est à la suite de cela  qu’ils ont perquisitionné tout l’immeuble en défonçant toutes les portes, mais  ils n’ont rien trouvé », ajoute le jeune homme. Cependant la gendarmerie aurait retrouvé un drapeau noir au seuil de l’immeuble sur lequel il était écrit  » Les jihadistes aussi ont leur part dans le Mali « , a indiqué le responsable d’un dépôt de boisson en bas du bâtiment.

D’après les locataires des magasins de l’ancien hôtel estiment que cette affaire remonte en 2009, selon le responsable dudit  dépôt. Mme Diallo aurait souscrit un prêt dans une banque dont nos interlocuteurs n’ont pas souhaité dévoiler le nom. Un prêt dont elle n’aurait pas respecté  les engagements pour le remboursement. D’après les mêmes sources, c’est la vente de l’hôtel qui a entraîné cette réaction de Mme Diallo. Selon leurs informations, elle aurait planifié l’inplantation du drapeau jihadiste sur  l’hôtel inhabité. Cette version a été corroborée par le ministère malien de la Sécurité intérieure qui a indiqué dans un communiqué que la dame « avait agi pour des revendications personnelles ». L’incident n’aurait donc rien à voir avec des « jihadistes ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut