Société › Faits Divers

Affaire Ras Bath: deux commissions d’enquêtes pour situer les responsabilités

Une semaine après la libération de Ras Bath, le ministre de la justice et garde des sceaux, Ismaël Konaté affirme qu’il est le principal initiateur de son arrestation. Deux commissions d’enquête seront mises en place pour situer les responsabilités.

« Ni le président de la République, ni les leaders religieux ne sont intervenus dans sa libération. Il a été interpellé suivant mes propres instructions », a déclaré Mamadou Ismaël Konaté, ministre de la justice et gardes des sceaux ce lundi lors d’une conférence de presse au département de la justice dans l’affaire Ras Bath. Une semaine après sa libération, les véritables raisons de l’arrestation de Youssouf Mohamed Bathily alias Ras Bath s’éclaircissent un peu plus chaque jour. Interpellé le 15 août dernier par les gendarmes, le célèbre animateur de l’émission « CARTE sur TABLE » a été arrêté pour  « atteinte aux mœurs et injures publiques à caractère sexuel ». Alors même qu’il devait comparaître deux jours après, c’est à dire le 17 août devant le tribunal de la commune IV, des manifestations de soutien à Ras Bath ont tourné à des scènes de casse. Les manifestants ont mis le feu à plusieurs véhicules. Dans la foulée, plusieurs allégations ont indiqué que certains leaders religieux et le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta auraient intervenu en vue de sa libération, le soir du 19 août et placé sous contrôle judiciaire.

Il a fallu donc attendre, hier dans la salle de conférence du département en charge de la justice pour démentir ces allégations. Pour Mamadou Ismaël Konaté, les propos de Ras Bath commençaient à devenir une menace pour la quiétude sociale, une atteinte à la pudeur et un facteur de démoralisation des troupes engagées sur le front, « alors sur mes instructions, le procureur général a ordonné son arrestation pour qu’il vienne s’expliquer », a-t-il dit. On rappelle que les manifestations ont fait un mort et plusieurs blessés. Par ailleurs, 19 personnes dont un assistant parlementaire ont été arrêtés et déférées lors de la manifestation. Selon le ministre, ces individus seront mis à la disposition de la justice pour répondre de leurs actes. Pour ce faire, deux commissions d’enquête seront mises en place. L’une s’occupera de la sécurité et l’autre des différents appels à mobilisation pour manifester devant le tribunal de la commune IV. Bien que Ras bath soit libre, le collectif d’avocat qui s’est formé pour défendre l’animateur se dit prêt à défendre les 19 autres personnes.

1 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut