International › Afrique

Niger : une attaque contre la prison de haute sécurité de Koukoutalé repoussée

Tôt dans la matinée, des hommes armés ont attaqué la prison de haute sécurité de Koukoutalé au Niger. Dans cette prison sont détenus de nombreux djihadistes. L’attaque a été repoussée par les forces de sécurité qui gardaient l’établissement pénitentiaire, le bilan fait état de deux gardes blessés et d’un mort parmi les assaillants qui ont pris la fuite en direction de la frontière nord du Mali.

Entre 3h30 et 4 heure ce lundi matin, la prison de haute sécurité de Koukoutalé au Niger, considérée comme la plus sûr du pays, a été l’objet d’une attaque armée conduite par un nombre indéterminé d’assaillants lourdement armés.

La Garde nationale en charge de la surveillance de l’établissement pénitentiaire a essuyer le feu nourri des assaillants avant de riposter. À l’issue du combat, les assaillants ont été repoussés et ont pris la fuite.  Le bilan s’élevait à deux blessés du côté de la garde nationale et d’un mort chez les assaillants, ce dernier portait une ceinture explosive, qui selon le ministère de l’Intérieur, est une preuve du caractère terroriste de l’attaque. « Ils sont venus à motos et lourdement armés pour libérer leurs collègues qui sont incarcérés dans la prison. Koukoutalé est un établissement de haute sécurité qui détient un grand nombre d’éléments djihadistes, dont des membres du Mujao et de Boko haram arrêtés dans le cadre de la lutte anti-terroriste », explique un journaliste du quotidien Le Sahel, joint sur place. Selon lui, il ne fait aucun doute que cette attaque soit connectée au Mali, car en fuyant les assaillants ont pris la direction de la frontière malienne. « D’après les explications du gouverneur, ce serait des éléments du Mujao qui aurait perpétré cette attaque, ajoute-t-il ».

Ce n’est pas la première fois que des prisons sont visées au Niger. La prison civile de Niamey avait été visée par un commando armé en 2013 qui avait réussi à libérer 22 terroristes dont un grand criminel malien, Cheibane Ould Hama, et la prison de Ouallam avait subit une attaque en 2014. Selon certains observateurs, ce type d’attaque frappe Niger car ce pays détient beaucoup d’éléments djihadistes emprisonnés sur son territoire.

Le Gouvernement a déclaré qu’il allait renforcer la sécurité autour de la prison, et que les bandits terroristes allaient être traqués et rattrapés. Des opérations de ratissage dans la région de Tilabéri sont en cours.

Cette attaque survient après l’enlèvement par le Mujao, vendredi 14 octobre, de Jeffrey Woodke, un travailleur humanitaire américain, que ses ravisseurs ont emmené au Mali.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut