Politique › Diplomatie

Harjit Sajjan au Mali pour étudier la possibilité de déployer 600 soldats canadiens dans le pays

Harjit Sajjan, ministre canadien de la Défense

Le ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan, en visite officielle dans notre pays depuis samedi dernier, a été reçu par le président IBK, les ministres de la Défense, de la sécurité intérieure et des affaires étrangères, avant un possible déploiement de casques bleus canadiens au nombre de 600 au Mali.

Alors que le Canada continue à étudier des moyens de contribuer à la paix et la sécurité mondiale, le ministre de la défense Harjit Sajjan est en visite officielle au Mali et au Sénégal du 5 au 8 novembre 2016. Pendant cette visite au Mali, le ministre Sajjan a rencontré des hauts représentants du gouvernement malien, des ambassadeurs étrangers, des représentants des Nations unies et d’organisations non gouvernementales pour connaître davantage sur les défis de la région en matière de sécurité et de défense. Cette visite fait suite à des discussions qui ont lieu au mois d’août dernier, pendant sa visite en Afrique de l’est et en Afrique Centrale et lors de la récente visite au siège de l’organisation des Nations unies à New York, au mois d’octobre où, le gouvernement libéral de Justin Trudeau avait annoncé la mise à disposition de 600 soldats pour des opérations de maintien de la paix des Nations unies.

M. Trudeau avait affirmé qu’une annonce devrait être faite dans les prochaines semaines sur un éventuel déploiement au Mali. «Le Canada se réinvestit dans des missions de paix, et je suis venu au Mali pour écouter la partie malienne et bien comprendre avant de prendre les décisions, a déclaré M. Sajjan, précisant que le Canada veut prendre son temps avant de choisir quel pays soutenir. Cette mission de reconnaissance a pour objectif, selon Ottawa, d’observer les pratiques de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), créée en avril 2013 pour appuyer le processus politique et rétablir la sécurité dans le pays.

Le Mali figure parmi les potentiels bénéficiaires d’une aide canadienne les plus fréquemment cités et comme pays francophone, il a un avantage sur certains autres pays africains. Justin Trudeau a parlé en février dernier de l’« intérêt » de déployer « des forces francophones ou bilingues ». Lieutenant-colonel à la retraite des forces armées canadiennes, Sajjan est bien conscient des risques liés à une potentielle participation canadienne à la MINUSMA, l’une des plus dangereuses au monde, pour avoir servi en Bosnie-Herzégovine et à Kandahar en Afghanistan. En effet, depuis 2013, à maintes reprises, le Canada a apporté son soutien logistique aux troupes françaises au Mali en déployant des avions de transport militaires pour transporter du matériel et de l’approvisionnement. En plus du Mali, on retrouve notamment la République centrafricaine, le Soudan du sud et la République démocratique du Congo sur la liste des pays africains où des contingents canadiens pourraient se retrouver stationnés.

 

1 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut