International › Monde

La Russie se retire de la CPI

Vladimir Poutine a décidé par décret de ne pas ratifier le statut de Rome qui établit la Cour pénale internationale. La CPI, créée en 2002 essuie de nombreuses critiques quant à son impartialité et son indépendance.

La Russie a annoncé son intention de ne pas ratifier le Statut de Rome qu’elle avait signé en 2000, et aui est la condition pour adhérer à la Cour pénale internationale (CPI). Cet annonce a été faites hier mercredi par le ministre russe des Affaires étrangères. Le président russe Vladimir Poutine a signé un décret pour se retirer du statut de Rome. La Russie accuse la cour pénale internationale de ne pas être indépendante.

16 ans après la signature du statut de Rome, la Russie qui ne l’avait jamais ratifier et décide de se retirer de la cour pénale internationale

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères russe a expliqué les motivations de Moscou : « Le président [Poutine] a signé un décret sur l’intention de la Russie de ne pas être État partie au statut de Rome de la Cour pénale internationale. La notification parviendra bientôt (…) La Cour n’a pas été à la hauteur des espoirs qui ont été placés en elle et n’est jamais devenue une institution véritablement indépendante et faisant autorité en justice internationale ». 

D’autres pays ont par ailleurs annoncé leur retrait de cette juridiction internationale, à l’instar de la Gambie, le 24 octobre 2016, l’Afrique du Sud et le Burundi, ont annoncé à leur tour vouloir se soustraire à la juridiction de la CPI. L’organisation semble payer sa politisation sa politisation. 32 Etats, dont les Etats-Unis, n’ont jamais ratifié le Statut de Rome.

1 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut