› International

Corée du Sud: l’héritier de Samsung pourrait être arrêté pour corruption

Lee Jae-Yong, héritier de Samsung

En Corée du Sud, les têtes continuent de tomber dans le cadre du scandale politique qui a déjà emporté la présidente du pays, Park Guen-hye. Le prochain sur la liste : Lee Jae-Yong, Vice-président du groupe Samsung, dont il est l’héritier.

Que se passe-t-il en Corée du Sud, ce pays de l’Asie de l’Est ? La Présidente Park Guen-hye, a été destituée du pouvoir en décembre dernier, par le parlement dans le cadre du fracassant scandale politique qui a conduit des millions de gens à descendre dans la rue. Une décision non encore validée par la Cour constitutionnelle mais qui a transféré le pouvoir de la présidente au Premier ministre.

Le scandale qui agite le pays concerne Choi Soo-Sil, amie de la présidente de 40 ans, arrêtée en novembre dernier pour extorsion et abus de pouvoir. En effet, elle aurait utilisé ses relations d’amitié avec la présidente pour amener des groupes industriels à verser 70 millions à des fondations fantômes. Mme Park Guen-hye est accusée de complicité.

Mais cette affaire risque d’emporter encore d’autres personnes, comme Lee Jae-Yong, 48 ans, l’héritier de Samsung, le géant de la téléphonie représentant 20% du PIB, mais qui se trouve en situation difficile après qu’il a été contraint d’arrêter de produire le Galaxy Note 7 pour des risques d’explosions de l’appareil. Lee Jae-Yong est soupçonné d’avoir approuvé les versements à Choi, qui auraient eu pour objectif d’obtenir des faveurs du gouvernement. Samsung a donné aux fondations dirigées par Choi 20 milliards de wons (17 millions de dollars).

Depuis plusieurs mois, le petit-fils du fondateur de Samsung est entendu par les enquêteurs, avec d’autres cadres, pour savoir si Samsung a soudoyé Choi et la présidente Park pour obtenir le feu vert du gouvernement pour une fusion en 2015 avec Cheil Industries et C&T, entités du groupe Samsung.

Dans un communiqué diffusé aujourd’hui, lundi 16 janvier, les enquêteurs ont demandé son arrestation. Ce qui risque d’être un coup dur de plus pour le groupe, d’autant que Lee Jae-Yong, (également Vice-président de Samsung) est le premier homme d’affaires arrêté dans cette affaire. Le tribunal du district central de Séoul a indiqué de son côté qu’il statuerait mercredi. Pour le porte-parole des enquêteurs, Lee Kyu-Chul, l’ensemble des pots-de vins versés par Samsung s’élèveraient à 43 millions de wons. Malgré l’impact-négatif que pourrait avoir cette arrestation sur l’économie, Lee Kyu-Chull estime que « la justice est plus importante ».

2 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut