International › Monde

Attentat d’Istanbul : le suspect arrêté est l’auteur de l’attaque

Des fleurs devant l'entrée de la boîte de nuit Reina, à Istanbul

Le principal suspect de l’attentat d’Istanbul, arrêté lundi soir par la police turque, a avoué être l’auteur de l’attaque qui a fait 39 morts.

Le principal suspect de l’attentat d’Istanbul passe aux aveux. Selon le gouverneur de la ville, le tueur présumé a avoué être l’auteur de l’attaque qui a fait 39 morts dans une boîte de nuit au cours de la soirée du Nouvel An. « Le terroriste a admis son crime », a déclaré le gouverneur Vasip Sahin à la presse. Selon lui, l’homme est un ressortissant ouzbèke et « a été entraîné en Afghanistan et parle quatre langues. C’est un terroriste bien entraîné ».

Les autorités turques avaient procédé à son arrestation lundi 16 janvier. L’individu a été retrouvé dans un appartement du quartier stambouliote d’Esenyurt au cours d’une opération policière. Son fils de quatre ans n’était pas présent au moment de l’assaut d’après le gouverneur, contrairement à ce qu’avaient annoncé certains médias turcs. Un Irakien et trois femmes, originaires « d’Afrique et d’Egypte », ont également été interpellés dans le même appartement que l’assaillant. « Il est clair que l’attaque a été commise au nom de Daech », a ajouté le gouverneur.

Durant la nuit du Nouvel An, 39 personnes dont 27 étrangers (notamment du Liban, d’Arabie saoudite, d’Israël, d’Irak ou du Maroc) et 12 Turcs avaient été abattues par le tueur présumé dans une célèbre discothèque d’Istanbul, le Reina, située au bord du Bosphore sur la rive européenne d’Istanbul. Le carnage avait été revendiqué par le groupe État islamique qui reproche à la Turquie, pays à majorité musulmane, son intervention en Syrie et sa participation à la coalition menée par Washington pour combattre le groupe jihadiste en Syrie et en Irak.

Jusqu’à présent, au moins 35 personnes ont été arrêtées en liaison avec l’attentat, selon l’agence Anadolu. Des médias ont évoqué l’existence possible d’une cellule comprenant des jihadistes originaires d’Asie centrale. Ils ont aussi rapporté que le tueur présumé, au nom de guerre d’Abou Mohammad Khorassani, se serait installé en novembre à Konya avec sa famille.

2 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut