› Politique

Abdoul Wahab Ag Ahmed Mohamed : « Je m’engage pour le changement »

Militant de la première heure du Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA), Abdoul Wahab Ahmed Mohamed, âgé de 27 ans, est devenu le président de l’Assemblée régionale de Ménaka, neuvième région administrative du Mali.

Dans la nuit du 22 au 23 février, le gouvernement du Mali et les groupes armés du nord ont établi la liste des présidents des autorités intérimaires, conformément à la conclusion de la réunion de haut niveau qui s’était déroulée le 10 février à Bamako. La région de Ménaka sera présidée par un jeune cadre du MSA, en la personne de Abdoul Wahab Ag Ahmed Mohamed. Celui dont l’installation se déroule ce 2 mars, devra ramener la sécurité et s’atteler à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation. « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. C’est un jeune très dynamique qui s’est toujours montré disponible pour la cause des populations, qui sont dernière lui pour l’aider à bien mener son action », déclare Abdoulaye Ag Ahmed, un habitant de Ménaka. Ce touareg de la tribu Idaksahak, natif d’Inekar dans la région de Ménaka et titulaire d’un DEUG de droit (Faculté des sciences juridique et politique de Bamako), est un partisan du vivre-ensemble. Il prend fonction dans un état d’esprit positif, et sa connaissance de la région et des communautés qui y vivent devraient l’aider.

Objectif développement Abdoul Wahab Ahmed Ag Mohamed est convaincu qu’avec l’installation des autorités intérimaires, les relations intercomunautaires ou inter-mouvements vont aller en s’améliorant. « À mon poste, il s’agira d’œuvrer pour la cohésion sociale  entre toutes les composantes communautaires de la région. Il est difficile de consolider la paix sans le minimum de développement, et l’une de mes premières priorités sera de faire marcher l’éducation, de redynamiser les structures de santé, et de promouvoir les installations hydrauliques », explique le nouveau président. Les tensions nées suite à la nomination des présidents des assemblées régionales ? Il pense qu’elles disparaîtront en impliquant toutes les parties. « L’espoir d’une paix durable est là, les mouvements ont réaffirmé leur engagement pour la mise œuvre de l’Accord, il ne reste qu’à les mobiliser pour atteindre les objectifs », ajoute-il. Malgré son jeune âge, les difficultés de la tâche n’effraient pas celui qui est connu comme agent de terrain des ONG ACTEDE et GARDEL, pour lesquelles il a mise en place un programme alimentaire en 2013 et 2015. Même si la situation évolue dans le bon sens, selon sa propre analyse, on peut parier qu’il aura fort à faire dans les prochains mois, notamment pour asseoir son autorité.

 

 

 

1 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut