Société › Faits Divers

Insécurité : Une réalité quotidienne malienne

Pour ce seul dernier week-end, le pays a enregistré quatre attaques d’importance sur son sol, faisant des victimes humaines et des dégâts matériels dans différentes localités.

En effet, dans la nuit vendredi 24 au samedi 26 mars, un poste de sécurité de l’armée malienne à Almoustarat à 120 km de Gao a été attaqué par des hommes armés. Cette attaque a occasionné la mort de trois soldats maliens et quatre autres blessés du côté des forces de sécurité. Les assaillants non identifiés ont emporté un véhicule équipé, des armes et des munitions.

Ce même samedi 26 mars, en soirée, un poste situé dans la localité de Ouelessébougou à 80 km de la capitale malienne a aussi été attaqué. L’attaque perpétrée par des bandits armés non identifiés a enregistré la mort d’un douanier et un autre a été gravement blessé.

Dans le but déstabiliser le pays, depuis les événements de 2012, les attaques à mains armées prolifèrent au Mali. Comme à « Gao », dimanche 27 mars, où des passagers de la compagnie de car Sonef et de la compagnie Nour transport ont été dépouillés de leurs biens par deux individus armés. Au cours de cette opération un passager a été blessé par balle. Il a succombé à ses blessures à l’hôpital de Gao.

Le poste de la gendarmerie du carrefour de Djenné dans la région de Mopti a aussi essuyé une attaque dans la soirée du 26. Cette dernière attaque n’a occasionné aucune victime, mais les bandits ont incendié 6 motos appartenant à la gendarmerie.

Tandis que le pays fait face à une crise sécuritaire, se tient dans la capitale, la Conférence d’Entente Nationale, prévue pour durer une semaine, du 27 mars au 2 avril 2017 et dont les objectifs principaux sont de ramener la paix et la sécurité au Mali.

 

 

1 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut