Politique › Sécurité & Terrorisme

Un soldat français tué dans un accrochage avec des terroristes

Les soldats de la force Barkhane participe depuis le 27 mars aux cotés de leurs partenaires maliens et burkinabés à une opération militaire conjointe tripartite, dans la zone frontalière près du Burkina au sud de Hombori, à 200 kilomètres  de Gao. C’est lors de cette opération qu’un soldat français du 6e régiment du génie d’Angers est tombé au champ de l’honneur.

Le caporal-chef Julien Barbé appartenait au 6e régiment du génie d’Angers il a été tué lors d’un accrochage avec les terroristes, mercredi 5 mars, dans l’après-midi. Les forces françaises enchaînent  des  opérations de délogement des terroristes qui se cachent dans le secteur sud-est de Hombori, près de la frontière burkinabé, depuis le 27 mars.

Un véhicule léger de patrouille, engagé dans l’opération  de délogement des terroristes, a subi mercredi 5 mars une attaque par engin explosif. C’est pour venir au secours de leurs co-équipiers  et sécurisé la zone d’explosion que le détachement  de Julien Barbé est tombé dans une embuscade et a été ciblé par des tirs directs, dont certains ont touché mortellement  le soldat français. Deux  soldats ont été blessés légèrement, et immédiatement secourus par les équipes médicales de la Force. Puis, le détachement du génie a été déployé pour prendre les mesures de sauvegarde suite à l’explosion et permettre la reprise de l’opération.

François Hollande a salué le sacrifice du soldat français tué dans l’accomplissement de sa mission pour la défense du Mali et la protection des ces concitoyens, hier soir dans un communiqué de presse à l’Elysée.

Il a exprimé «  sa confiance et sa fierté aux militaires français qui combattent avec courage les groupes armés terroristes au Sahel ». Le président français et le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian ont adressé leurs condoléances à la famille de la victime.

C’est le 17ème militaire français tué au Mali depuis l’intervention Serval en janvier 2013.

 

 

1 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut