Société › Actualités Société

Cuves, fûts et surppresseurs : le business du stockage d’eau

Les interruptions fréquentes de la fourniture d’eau potable ont poussé les consommateurs à chercher des options pour disposer du précieux liquide. Une demande qui a fait exploser le marché des produits de stockage.

À Bamako, il est facile de constater qu’en périphérie mais aussi de plus en plus en ville, de nombreux ménages n’ont pas accès au réseau d’eau potable. Quand la fourniture est assurée, elle est aléatoire et oblige les consommateurs à chercher des solutions pour en assurer une certaine disponibilité. Des surppresseurs aux cuves, en passant par les fûts, le marché est assez fourni et la clientèle s’accroît. Si la structure Fofy Industries est la seule entreprise à produire au Mali du matériel de stockage d’eau que sont les bacs, fûts et les cuves, elle est concurrencée par de nombreux commerçants du marché Dibida qui importent les mêmes produits du Ghana.

« Les produits les plus sollicités sont les cuves de 2 000 litres car elles correspondent à la consommation moyenne d’une famille d’une part, et d’autre part, à une masse assez supportable pour le toit d’une maison », explique Cheickna Amala Diarra, chef production chez Fofy Industries, qui commercialise les Cuves Mali Sadio depuis 1999. Selon Lamine Diané, commerçant au marché Dibida, « les fûts à grande capacité comme ceux de 3 500 à 5 000 litres sont généralement utilisés pour les champs ou dans les villages pour recueillir l’eau des forages ». Il se réjouit du fait que « depuis quelques années maintenant, je vends une dizaine de cuves de 5 000 litres chaque mois, à des entreprises de forages ou des ONG ». Si Fofy revendique un certificat d’alimentarité (fabriqué à base de matériaux propres au stockage de denrées alimentaires), ce n’est pas toujours le cas des commerçants qui importent leurs produits. Une différence qui se ressent aussi au niveau des prix, Fofy étant plus cher avec des tarifs variant de 45 000 à 1 100 000 francs CFA selon la capacité. À côté de ces moyens de stockage, le surppresseur est un produit très demandé, en particulier par les hôteliers et les propriétaires d’immeubles pour augmenter la pression d’un réseau d’eau collectif. Son prix varie de 75 000 à 600 000 francs CFA selon la capacité de pompage.

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut