Politique › Défense

La Force conjointe du G5Sahel « débute ses opérations aujourd’hui »

La déclaration est du ministre français Jean Yves Le Drian. « 8 mois après annonce initiale, la Force conjointe G5 Sahel existe bel et bien. Elle débute ses opérations aujourd’hui même ».

Alors que le conseil de sécurité de l’ONU a bouclé la semaine dernière une visite au Sahel en perspective du lancement de la force antiterroriste du G5 Sahel, Jean-Yves Le Drian et ses pairs occidentaux ainsi que leurs partenaires annoncent aujourd’hui leurs engagements pour soutenir cette force destinée à lutter contre le terrorisme et le crime transfrontalier dans le sahel. Depuis la création de cette coopération régionale en février 2017, elle a peiné  à obtenir le financement de 250 millions d’euros dont elle a besoin pour être opérationnelle.

Le volet militaire de cette coopération sans précédent dans la sous-région vise à confier aux armées nationales le travail qu’effectue les armées étrangères dans la zone. Une transition qui a pour but d’alléger les frais engagés par la présence de différents contingents étrangers dans la zone depuis 2011. Cette fonction palliative que doit avoir la force conjointe du G5 Sahel consiste à « rendre à César, ce qui appartient à César ».  Ou pour paraphraser, Jean-Yves Le Drian « la sécurité en Afrique par les africains ».

Pourtant, la Force qui a désormais son quartier général à Sévaré n’a pas encore réuni tous les fonds dont elle a besoin pour son opérationnalisation effective. La première opération transfrontalière a lieu cette semaine, mais ne concernera la frontière commune que de 3 pays de la zone à savoir le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres avait proposé dans un rapport pour un soutien à la FC du G5 Sahel trois options envisageables. Il s’agit de soit mettre à la tutelle de l’ONU en passant par l’UA, soit d’élargir le mandat de la MINUSMA. Ce qui serait ainsi favorable qu’au Mali.. Ces options restent insuffisantes eu égard des ambitions initiales de la force.De bonnes nouvelles sont tombées ce lundi 30 octobre avec l’annonce par les Etats Unis d’une aide bilatérale de 60 millions de dollars. La France, partenaire de premier plan et porteur devant les Nations Unies de ce projet, a également annoncé un renforcement des capacités des armées nationales. Le Niger vient ainsi de recevoir du matériel pour équiper son bataillon du G5Sahel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut