Économie › Actualités Économie

Économie verte : l’alternative pour un développement durable au Mali

L’énergie solaire participe directement à l’économie verte.

La question des changements climatiques ne cesse de faire débat et les inquiétudes sur le sort de la planète obligent à des concessions dans nos habitudes. Les alternatives ne manquent pas, et l’économie verte en est une, pour un développement durable.

C’est une voie pour atteindre le développement durable. Elle permet d’avoir le plus petit impact possible sur l’environnement et favorise la croissance économique et le bien être humain. Son nom : l’économie verte.  Face au changement climatique, une des alternatives pour garder la planète assez saine pour les générations futures est de faire recours à l’économie verte. Selon  Zakara Maman, chargé de programme à Mali Folk Center, une ONG environnementale, tous les secteurs ont concernés : agriculture, industrie, énergie et même l’administration. Selon lui, l’économie verte est le chemin le plus sûr pour atteindre le développement dans la durée. « Le développement durable nécessite la promotion et le renforcement de trois piliers interdépendants et complémentaires qui sont la protection de l’environnement, le développement social et le développement économique ». Des acteurs du secteur fabriquent, montent et distribuent des panneaux solaires pour l’utilisation d’une énergie naturelle et renouvelable. La récupération des eaux de pluie pour de multiples usages, la collecte des déchets qui sont recyclés, le reboisement des espaces dégradés sont autant d’activités qui contribuent au développement et réduisent le réchauffement.

Le Mali s’est engagé à l’horizon 2025 à bâtir une économie verte, en se basant sur la stratégie « Économie verte et résilience aux changements climatiques » (EVRCC). « Elle vise à fonder le développement du pays et la réduction de la pauvreté sur une adaptation réussie aux effets des changements climatiques, d’une part, et à assurer une maitrise des émissions de gaz à effet de serre, de l’autre, à travers une gestion durable des ressources naturelles maximisant les synergies potentielles entre les mesures d’adaptation et d’atténuation », soutient Zakara Maman. L’économie verte est donc, selon le chargé de programme de Mali Follk Center, « une opportunité unique d’impliquer autour d’objectifs communs l’ensemble des acteurs, qu’ils soient privés, publics ou citoyens », car, ajoute-t-il « la transition doit être globale et systémique pour répondre aux multiples défis qui se dressent face à nous ». La participation du Mali à la COP 23 de Bonn permettra de sensibiliser les partenaires pour le financement de projets alternatifs.

L’économie verte au Mali, tout comme en Afrique, est un vecteur de croissance face aux défis d’emploi, d’énergie et d’insécurité alimentaire.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut