Économie › Artisanat

Artisanat et Tourisme : une alliance naturelle au Maroc

La première édition du SIAMA a tenu ses promesses.

Le Maroc est l’invité d’honneur du 1er Salon International de l’Artisanat du Mali (SIAMA) qui se tient du 18 au 26 novembre 2017 à Bamako. Dans ce pays, le développement et la promotion du tourisme sont assurés grâce à une corrélation à l’artisanat.

« Il y a un lien intrinsèque entre l’artisanat et le tourisme. Au Maroc, nous avons réuni l’artisanat, le tourisme, l’économie sociale et le transport aérien, parce que ce sont des leviers importants pour le développement du secteur de l’artisanat », précise le ministre marocain du Tourisme, de l’Artisanat, de l’Économie Sociale et du Transport Aérien, Mohamed Sajid. L’artisanat représente, selon lui, environ 2 millions et demi d’emplois directs et 5 à 6% du PIB, ainsi que des milliers d’emplois induits à travers toutes les régions du pays.

L’exportation des produits artisanaux marocains a augmenté de 16% en 2016, un taux jamais atteint selon les responsables du secteur. Bien que libéralisé, il bénéficie de l’accompagnement des autorités, qui souhaitent sauvegarder ce savoir-faire « ancestral » souvent transmis de père en fils. Si l’Europe est le premier client, le marché américain ainsi ceux des pays arabes et africains sont de plus en plus intéressés. S’appuyant sur une diversité et des techniques uniques, prisées dans le monde entier, le secteur compte plusieurs spécialités. De la décoration de la poterie aux habillements traditionnels, en passant par les tapis de laine « faits main » et les objets en bronze décorés, les artisans marocains présents au SIAMA espèrent profiter d’une nouvelle vitrine.

« Les produits artisanaux sont très recherchés par les touristes. L’artisanat fait partie des particularités du Maroc et chaque visiteur veut emporter un souvenir », se réjouit Youssef Bouzoubaa, gérant d’une fabrique de tapis. Des « tapis entièrement faits à la main et à base de laine de mouton », précise M. Bouzoubaa. S’il importe sa matière 1ère d’Europe (argile blanche et peinture pour la décoration), Azelarab Moustaid, artisan spécialisé en poterie, affirme que ce continent est aussi le 1er consommateur de ses produits. « La majorité de nos produits vont à l’étranger, en Europe. Notre société est aussi un centre de formation où l’on enseigne la façon de réaliser les décorations », ajoute-t-il.

Outre tous les métiers de l’artisanat, avec des spécialistes qui montreront leur savoir-faire, la gastronomie marocaine est aussi au rendez-vous du SIAMA, de même que des musiciens, pour partager d’autres pans de la culture du pays.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut