International › APA

Le Dialogue 5+5 réaffirme la centralité de l’Accord de Skhirat en tant que « seul cadre viable » de règlement de la crise libyenne

La Déclaration finale sanctionnant les travaux de la 14ème Réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres du dialogue en Méditerranée occidentale « 5+5 », tenus dimanche à Alger, a réaffirmé la centralité de l’Accord de Skhirat en tant que « seul cadre viable » de règlement de la crise libyenne sous l’égide des Nations Unies.Les ministres ont réitéré leur « position en faveur d’une solution politique à la crise en Libye loin de toute ingérence étrangère, basée sur le dialogue inclusif et la réconciliation nationale dans le cadre de l’Accord de Skhirat, du 17 décembre 2015, seul cadre viable de règlement de ce conflit sous l’égide des Nations Unies », souligne la Déclaration adoptée à l’issue de cette conférence.

Signé le 17 décembre 2015 sous l’égide de l’ONU, l’accord interlibyen qui a expiré théoriquement le 17 décembre dernier, prévoyait la formation d’un gouvernement d’union nationale pour un mandat d’un an renouvelable une seule fois. Mais le maréchal Haftar n’a jamais reconnu ce gouvernement dirigé par le Premier ministre, Fayez al-Sarraj.

Les travaux de la 14ème Réunion des ministres des Affaires Etrangères des pays membres du dialogue en Méditerranée occidentale « 5+5 » ont été axés sur plusieurs sujets, notamment le développement économique et social inclusif et partagé, la jeunesse et l’emploi, la migration et le développement durable.

D’autres questions régionales ont été également abordées lors de cette réunion, notamment la lutte contre le terrorisme, la dé-radicalisation et la situation en Libye, au Sahel, en Syrie, en Irak et au Moyen-Orient.

Le Dialogue 5+5 regroupe les cinq pays de l’UMA (Algérie, Maroc, Tunisie, Libye et Mauritanie) pour la rive sud de la Méditerranée et l’Italie, la France, l’Espagne, le Portugal ainsi que Malte pour la rive Nord.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut