Société › Justice

JUPREC : les jeunes maliens, désormais, outiller contre la corruption

© Jacques Coulibaly / JDM

La cérémonie de clôture de la semaine de la jeunesse contre la corruption organisée par le projet Justice Prévention et Réconciliation (JUPREC) a pris fin, le lundi 22 janvier, à l’Hôtel Olympe de Bamako. Plusieurs recommandations ont été formulées à la fin de cette seconde édition.

Durant une semaine, les jeunes universitaires, certaines associations de lutte contre la corruption et de nombreuses associations de femme, ont échangé à travers des conférences et des séries de débats. Selon les organisateurs, cette seconde édition de la semaine de la jeunesse contre la corruption a été un cadre d’échanges et de formations. « Agir contre la corruption, c’est construire l’avenir que nous voulons pour notre jeunesse », a déclaré Sidi Ould, vice-président du Conseil National de la Jeunesse du Mali (CNJ-Mali). La corruption est présente dans les structures étatiques tout comme dans les écoles et dans les universités. « L’honnête, l’intégrité et la lutte contre la corruption devrait figurer au centre du système d’éducation dans nos sociétés », estime Jean-Paul Rivérin, représentant du consortium JUPREC. Continua-t-il,« nous devons donner des outils et un environnement favorable aux jeunes afin de lutter contre la corruption.»

Au cours de la cérémonie de clôture de cette édition de la semaine de la jeunesse contre la corruption, plusieurs recommandations ont été formulées par les jeunes. Parmi les lesquelles, « institutionnaliser la semaine de la semaine contre la corruption », « appuyer les initiatives des jeunes dans la lutte contre corruption », ou encore « rétablir le dialogue et renforcer l’éducation au sein de la famille sur les valeurs morales, d’intégrité et de probité ».

Une action à pérenniser

Pour la tenue de la prochaine édition, le projet JUPREC réitère son accompagnement à la jeunesse malienne. « Nous serons avec vous pour la prochaine édition », a affirmé Rauger Aubé, chef de mission du projet JUPREC. Également, Mme Traoré Marietou Senou, présidente de la communauté de pratique de lutte contre la corruption, espère que le combat contre la corruption ne doit pas s’arrêter uniquement à cette semaine, il doit continuer avec la même détermination et la même ardeur jusqu’à l’atteinte de nos objectifs.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut