Politique › Sécurité & Terrorisme

Conférence de presse de la MINUSMA : MOC et  DDR  dans l’attente

 

Le directeur de la section de la Réforme du Secteur de la Sécurité et du DDR  a tenu une conférence de presse  le 25 janvier au quartier général de la MINUSMA à Badalabougou. Elle intervient  à  la veille de la présentation aux membres du conseil de sécurité, du rapport  trimestriel du secrétaire général de l’ONU  sur la situation au Mali. Dans son exposé, Samba Tall a établi l’état d’avancement du mécanisme opérationnel de coordination et du processus de cantonnement, démobilisation désarmement et réinsertion.

Longtemps attendu, l’opérationnalisation du mécanisme opérationnel de coordination (MOC) de Kidal et Tombouctou et le processus de cantonnement, désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) ne sont pas encore lancés. Selon Samba Tall,  directeur de la section du Secteur de la Sécurité et du DDR le mode opératoire de cantonnement  qui est un préalable a été déjà adopté  depuis octobre 2015 par le gouvernement et les groupes signataires.

Il a précisé que ces mouvements signataires  ont déposé les listes de leurs combattants pour les Mocs mais ils n’ont pas jusque-là soumis les listes globales certifiées  comme prévue par l’Accord de paix. Nonobstant,  des points pour l’avancement du processus sont toujours en discussions, notamment sur la question des critères d’éligibilités  pour  le DDR et l’intégration. « Globalement c’est fait, mais il y a quelques discussions en cours  pour les  finaliser »,  rassure le responsable du DDR. En principe c’est après toutes les phases préparatoires qu’intervient la phase de cantonnement. « La MINUSMA a déjà construit huit  sites de cantonnement  et le gouvernement est en train d’en aménager deux autres », informe  Samba Tall. Toutes les procédures administratives et financières pour soutenir les combattants sont remplies. « Les budgets  sont  totalement mobilisés et à disposition»,  rassure le directeur.

Relatif au DDR, Samba Tall souligne que le désarmement est volontaire. La  procédureconduite par commission nationale de DDR avec l’appui de la MINUSMA consistera  à vérifier le statut du combattant. « On en enregistre ses données, son arme  et on lui donne une carte de démobilisé », explique Samba Tall.  Il est prévu de faire des séances de formation aux  personnes qui seront réinsérées dans la vie civile et d’autres séances pour celles qui évolueront dans l’armée. « Ceux qui n’ont jamais eu un métier, nous les formerons à un métier pour qu’elles reprennent pied dans la société », souligne le directeur.  « Ceux qui seront choisis pour intégrer les forces de défense et de sécurité, seront conduits  dans des centres de formation de l’armée », poursuit Samba Tall.  Tout ce processus ne saurait démarrer selon le directeur du DDR sans le mécanisme opérationnel de coordination qu’il considère comme « un préalable au cantonnement ».  « Il y a des discussions en cours en ce moment entre les trois partis,  sous la  houlette  du  haut représentant du chef de l’Etat pour la mise en œuvre de l’Accord  sur les derniers détails pratiques pour la  mise en œuvre du Moc deTombouctou et de Kidal  et aussi le renforcement de celui de Gao », le directeur Samba Tall. Selon lui,  les Mocs de Tombouctou et de Kidal seront mis en œuvre dans le mois de février, permettant ainsi enchaînement avec le cantonnement. Les membres du conseil de sécurité de l’ONU ont  exprimé le 24 janvier  impatience face à la lenteur de la mise en œuvre de l’Accord. « Les membres du conseil ont exprimé d’une même voix leur voix leur impatience face aux retards qui continuaient d’entraver la mise en œuvre intégrale des principales dispositions  de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali », souligne la déclaration à la presse faite par le conseil.

 

 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut