› Culture

Mamary Diallo : Né pour être artiste

Mamary Diallo, est un jeune malien, artiste plasticien, peintre et membre de plusieurs associations artistiques. Il est titulaire d’un Master en Arts plastiques du Conservatoire Balla Fasseké Kouyaté depuis 2010. En plus d’être artiste, Mamary Diallo enseigne au lycée de Bougouni et fait la navette entre son atelier, situé à Quinzambougou, à Bamako, et cette ville.

Lorsqu’il était étudiant au Conservatoire Balla Fasseké Kouyaté, cet artiste organisait chaque année des évènements. À partir de 2008, il a bénéficié d’un financement de l’Union Européenne pour la réalisation d’une exposition sur la mosquée Djingareyber de Tombouctou. Cette mosquée du style architectural soudano-sahélien a été une grande source de motivation pour le jeune peintre et c’est là que sa carrière a pris son envol. « Chaque artiste est obligé de choisir son style et sa technique de travail, c’est ce qui fait sa fierté », explique Mamary Diallo. « Moi, j’ai essayé de trouver la solution pour réutiliser cette pratique du style soudano-sahélien dans la peinture, avec des matériaux comme la paille associée au banco, l’argile, la feuille blanche et la gomme arabique ».

Dès l’enfance, Mamary Diallo, alors en classe de 3ème année, était sollicité par les enseignants de la 6ème année pour faire des croquis, comme l’appareil circulatoire. « Moi, je suis né pour être un artiste. C’est un don naturel, depuis tout petit je dessine. Je reproduisais les petits dessins des livres et je parvenais à faire mon propre portrait », nous a appris le plasticien. À l’adolescence, les parents de Mamary lui ont conseillé d’arrêter, et ont même cherché à l’empêcher de dessiner, pour qu’il se consacre à ses études. Mais, grâce à son talent, il a par la suite pris part à plusieurs activités artistiques, comme la Biennale co-organisée par le Brésil et l’Argentine, en 2008, où il était le seul artiste de l’Afrique de l’Ouest, ainsi qu’à la 14ème édition de l’exposition « La Documata » en Grèce, en 2017, avec autres artistes représentant tout le continent.

Pour cet homme de culture, dans la vie chacun suit son destin. « Depuis que j’ai su en moi ce désir qui me pousse à m’exprimer, je ne me suis jamais découragé. Les gens qui réussissent dans la vie ne sont pas les plus riches ou intelligents, ce sont ceux qui n’abandonnent jamais ». Ses tableaux sont aujourd’hui achetés ou commandés par les ministères, les services, les ambassades et des particuliers.

Mamary Diallo vient de recevoir une médaille de bronze, Art, Sciences, Lettres remise par la Société Académique d’Éducation et d’Encouragement, le 2 juin 2018.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut