International › APA

Procès politique au Burkina et présidentielle malienne au menu des quotidiens burkinabè

Les journaux burkinabè abordent, ce lundi, des sujets diversifiés, avec un accent particulier sur la présidentielle au Mali dont la campagne a démarré, sans oublier le procès du putsch manqué de septembre 2015 au Burkina Faso qui a amorcé, depuis une dizaine de jours, la phase des interrogatoires.Le journal Le Quotidien arbore cette manchette : «Procès du putsch du RSP (Régiment de sécurité présidentielle, Ndlr) : A la barre, Rambo, celui qui a arrêté le président Kafando nie avoir +flingué+ quelqu’un».

Selon ce quotidien privé, l’interrogatoire de l’adjudant-Chef Moussa Nébié, plus célèbre sur le pseudonyme Rambo, a duré plus de 10 heures.

«Devant le tribunal, Rambo ne nie pas totalement les faits qui lui sont reprochés», rapporte Le Quotidien, précisant que sur les cinq chefs d’inculpation, l’accusé ne reconnait qu’un seul, à savoir l’arrestation du président de la Transition, Michel Kafando.

Sidwaya, le quotidien national renseigne que l’adjudant-chef de l’ex-Régiment de sécurité  présidentielle (RSP), Moussa Nébié dit Rambo a 53 ans, est marié et père de quatre enfants. 

Et de rappeler qu’il a comparu devant la Chambre de 1re instance du Tribunal militaire, les 6 et 7 juillet 2018, pour «répondre des faits d’attentat à la sûreté de l’Etat, du meurtre de 13 personnes, de coups et blessures sur 42 personnes, d’incitation de plusieurs militaires à commettre des actes contraires à la discipline et de complicité de dégradation des biens».

Pour sa part, Le Pays affiche: «le grand déballage de Moussa Nébié dit Rambo» là où L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, titre, photo de Rambo à l’appui : «Le sous-off qui a arrêté M’Ba Michel (Surnom de Michel Kafando)».

En politique, le même journal évoque, dans sa rubrique ‘’Commentons l’évènement », la présidentielle malienne et souligne que la campagne électorale, ouverte samedi, se déroule «sous haute surveillance sécuritaire».

Dans son éditorial intitulé «Campagne électorale au Mali: Penser d’abord au pays», Le Pays rappelle que 24 candidats sont en lice pour    la présidentielle du 29 juillet prochain dont la campagne a débuté  le samedi 7 juillet.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut