International › APA

Les journalistes invités à «désarmer leurs plumes» après le message à la Nation du Chef de l’Etat

L’Autorité nationale de la presse ( ANP), l’organe de régulation de la presse écrite et numérique en Côte d’Ivoire a invité, vendredi, les journalistes à faire preuve de «responsabilité professionnelle» dans le traitement des informations relatives aux décisions prises lundi dernier par le Chef de l’Etat Alassane Ouattara, notamment, l’ordonnance portant amnistie générale pour 800 détenus de la crise postélectorale ivoirienne.«L’ANP encourage les journalistes à faire, par leurs productions, preuve de responsabilité professionnelle dans le traitement de l’information et à prendre toute leur part dans le renforcement de la cohésion sociale », rapporte Raphaël Lakpé, le président de cette institution dans un communiqué transmis à APA.

Rappelant les décisions prises par le président ivoirien lundi dernier à la veille du 58è anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, notamment, l’amnistie générale pour 800 détenus et le réexamen de la Commission électorale indépendante ( CEI), le communiqué dit constater que ces décisions de M. Ouattara ont été « applaudies » par la quasi-totalité de la classe politique nationale.

« L’ANP voudrait donc inviter les professionnels de la presse écrite et numérique à saisir cette opportunité pour désarmer leurs plumes afin de contribuer significativement à la consolidation de la paix », exhorte le communiqué.

Lundi dernier, dans un message à la Nation à la veille du 58è anniversaire de l’indépendance de son pays, le Président Alassane Ouattara a signé une ordonnance portant amnistie générale pour 800 détenus dont l’ex-Première dame ivoirienne,  Simone Gbagbo, les ex-ministres Moïse Lida Kouassi et Assoa Adou ainsi que le directeur du protocole du président de l’Assemblée nationale, Souleymane Kamaraté Koné dit Soul To Soul. 

M. Ouattara a également annoncé un réexamen de la composition de la Commission électorale indépendante (CEI) conformément aux recommandations de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut