Personnalités › Interview

Thomas Boni Yayi: « Il faut que nous sortions du cycle des élections compliquées en Afrique »

Président de la République du Bénin du 6 avril 2006 au 6 avril 2016, Thomas Boni Yayi s’est éloigné de la vie politique de son pays et coule « une retraite paisible », avec une pause pour venir au Mali en qualité de Chef de la Mission d’observation de l’Union africaine pour la présidentielle, dont le second tour a eu lieu le 12 août. À 66 ans, l’ancien chef d’État, qui dirigeait une équipe de personnalités de haut niveau (anciens Présidents, Premiers ministres, ministres et parlementaires, ainsi que de nombreux diplomates africains), a salué le peuple et les autorités maliens pour l’organisation à échéance du scrutin. Selon lui, les Maliens doivent maintenant se tourner vers l’avenir, avec comme priorité, parmi d’autres, la formation civique du citoyen. Dans un style bien à lui, il répond aux questions de Journal du Mali.

Comment qualifieriez-vous la présidentielle malienne en général et le second tour que vous venez d’observer au nom de l’Union  africaine en particulier ?

Je parlerai de la sérénité de tout un peuple, de toute une classe politique, d’un gouvernement, d’une société civile responsables. On peut parler également des efforts notables qui ont été faits dans le sens d’une meilleure transparence du scrutin, car, sur ce point, il y avait beaucoup de manquements et de désaccords entre le gouvernement et la classe politique. Il a fallu des discussions entre tous les acteurs pour obtenir des améliorations dans la gouvernance électorale. Je salue le respect du délai constitutionnel, s’agissant des délais du premier tour. Nous avions lancé un appel pressant pour que les gens aillent voter, pour que la jeunesse puisse utiliser ce droit citoyen, ce droit civique. Je parlerai enfin de quelques obstacles, comme les questions sécuritaires, les calamités naturelles, notamment les inondations, les crises intracommunautaires qui sont autant de menaces qui ont compliqué la tenue du scrutin. Sans oublier les djihadistes, qui ont interdit le vote ou menacé les gens qui voulaient aller voter.

Votre appréciation de ce second tour ?

Il y a de nombreux facteurs endogènes et exogènes. Le Mali vient de loin et il faut en tenir compte, tout en mettant de la rigueur dans les observations et les appréciations que nous avons eu à faire sur le processus. Les acquis que nous avons pu obtenir n’étaient pas évidents, donc je peux vous dire que le scrutin peut être jugé comme acceptable quand on intègre tous les paramètres et qu’on cumule leurs impacts. On peut le dire, le scrutin est acceptable.

Le candidat Soumaïla a annoncé qu’il ne reconnaitrait pas les résultats officiels de ce second tour. Craignez-vous une crise postélectorale ?

Je m’en tiens au délai légal et je pense que nous devons nous en tenir à ce qui est prévu comme délai constitutionnel pour les résultats. Je pense que les acteurs, je les connais, je les côtoie, sauront mettre le Mali au-dessus de tout et rester dans le cadre de la loi, même pour leurs contestations.

En avez-vous discuté avec les différents acteurs ? 

Je viens de quitter le Premier ministre (le lundi 13 août au soir, NDLR). La veille du scrutin nous avons rencontré le Président IBK. Nous étions également avec le Président Cissé ainsi que quelques candidats malheureux. Nous avons également discuté avec les partenaires que sont l’Union européenne, les Nations unies, la CEDEAO, l’OIF, etc. L’appel au calme que nous ne cessons de lancer est entendu de tous et, pour ce qui est des acteurs politiques, surtout des candidats qualifiés pour le second tour du scrutin présidentiel, je leur serai reconnaissant d’en faire une gestion pacifique, pour le bonheur du Mali, de l’Afrique de l’ouest et de tout le continent.

Quelle lecture fait votre mission du faible taux de participation ?

Il faut que nous sortions du cycle des élections compliquées en Afrique. Pour cela, il y a deux clés. Tout d’abord la formation des populations. C’est un véritable chantier à entreprendre par les dirigeants, mais aussi par les politiques. Quand vous voyez que dans un pays comme le Mali les gens ne sortent pas voter, que le taux de participation atteint difficilement les 50%, c’est qu’il y a une faible connaissance de l’importance du vote par les populations. C’est un travail d’éducation, d’information, et cela doit commencer dès le plus jeune âge, pour que les gens comprennent que le choix des dirigeants est un droit mais aussi un devoir et que la gouvernance que l’on désire ne peut advenir que si on est partie prenante. Cela prendra du temps et il faut commencer maintenant. Il faut que les politiques s’en sentent responsables et s’y investissent. La deuxième clé, c’est que ceux qui dirigent un pays sachent partir quand c’est le moment. Moi, j’ai dirigé le Bénin pendant 10 années. J’ai travaillé avec tout le monde et nous avons eu de grandes avancées sur le plan social, économique, etc. Quand l’heure est venue, j’ai passé le témoin. Cela aussi motive les électeurs.

Il faut donc inviter ceux qui sont de l’autre côté à nous rejoindre, nous les retraités (rires). Vous me comprenez. Vous avez vu dans notre délégation des anciens Présidents, des anciens Premiers ministres, des diplomates, etc. Cela veut dire que l’on peut continuer à donner, même après le pouvoir.

Au lendemain du premier tour, les Maliens ont énormément partagé une image de vous, assis dans un bureau de vote, avec comme légende : « il y a une vie après la présidence ». Parlez-nous, Excellence, de votre vie après la présidence.

Je suis surpris que vous parliez de cela. Cette image, c’est exactement cela la vie après la présidence. La vie après la présidence, c’est une vie que nous devons consacrer à nos peuples. Dans un contexte aussi important dans la vie du peuple malien, venir assister, appuyer ce scrutin, voilà une partie de cette vie après la présidence. Ma vie après la présidence, c’est toute une encyclopédie. C’est une vie heureuse, c’est une vie de partage d’expériences. Dans cette vie heureuse de retraité, nous serons heureux d’accueillir d’autres retraités. Lorsqu’on a 80 ans, c’est un tournant important, et là, vous pourriez me demander de dire « Monsieur le Président, faites appel alors à tous ceux qui ont 80 ans pour s’associer à vous ». Vous m’auriez fait une excellente recommandation ! (rires)

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut