International › AFP

Principaux risques d’un Brexit sans accord, selon Londres

Hausse des frais bancaires, perturbations douanières, paperasse: le gouvernement britannique a publié jeudi une série de notes techniques analysant les risques entourant l’éventualité d’une absence d’accord avec l’Union européenne pour l’après-Brexit et les remèdes qu’il préconise.

Au total, 25 documents ont été publiés, qui seront suivis par une cinquantaine d’autres d’ici à fin septembre. Voici les principaux points:

– Hausse des frais bancaires:

Les Britanniques pourront être confrontés à « une hausse des coûts et des procédures plus lentes » pour leurs transactions avec le continent, tandis que « le coût de l’usage des cartes bancaires entre le Royaume-Uni et l’UE risque d’augmenter », prévient le gouvernement.

Les consommateurs qui achètent en ligne verraient aussi leurs frais augmenter parce que les colis livrés au Royaume-Uni ne pourront plus prétendre à une TVA allégée.

– Paperasse:

Les entreprises commerçant avec l’UE seraient aussi confrontées à une hausse de leurs coûts pour cause de frais douaniers et paperasse supplémentaires.

C’est pour cela, qu’elles devraient « si nécessaire, faire les démarches pour renégocier les termes commerciaux reflétant tout changement dans les procédures douanières et taxes, et tout nouveau droit de douane qui pourraient s’appliquer ».

Elles doivent aussi envisager « s’il est opportun d’acquérir tout logiciel ou engager un courtier en douane, un transitaire ou un prestataire logistique pour les aider face aux nouvelles exigences ».

– Consulter l’Irlande:

La question du commerce entre la province britannique d’Irlande du Nord et la République d’Irlande, membre de l’UE, est l’une des plus problématiques des négociations sur le Brexit.

Les entreprises britanniques commerçant avec l’Irlande devraient donc « considérer si elles ont besoin de conseils du gouvernement irlandais sur les préparatifs qu’elles ont besoin de faire » en cas de non accord de divorce, leur conseille le gouvernement.

– Les services financiers:

Londres met en garde les clients à travers l’Espace économique européen (EEE) sur le fait qu’ils ne pourront plus faire appel aux services d’une banque d’investissement basée au Royaume-Uni tandis que les accords transfrontaliers ne seront plus valides.

Les banques peuvent éviter les perturbations en mettant en place des filiales dans l’UE, ce que de nombreux établissements ont déjà commencé à faire.

– Commerce:

Une autorité dédiée serait créée pour les réclamations des entreprises, afin de remplacer la Commission européenne.

« Nous continuerons d’appliquer des contrôles douaniers fortement automatisés, basés sur le risque », selon une des notes techniques publiées, ajoutant que les autorités douanières travailleront avec l’industrie pour « minimiser les délais et les fardeaux supplémentaires pour le commerce légitime, tout en assurant fermement le contrôle de conformité ».

– Médicaments:

Le Royaume-Uni quittera l’Agence européenne du médicament mais continuerait de reconnaître les tests et certifications européennes pour éviter une double procédure et une rupture de la chaîne d’approvisionnement.

Les banques du sang et les producteurs de produits à base de sang continueraient de se conformer aux exigences de l’UE tandis que les lois européennes sur les organes et tissus seront incorporés dans la loi britannique.

Le ministre du Brexit, Dominic Raab, a souligné que le Royaume-Uni allait aussi stocker des médicaments pour six semaines supplémentaires, en plus des trois mois de stocks actuels.

– Aide humanitaire:

Le gouvernement britannique continuera de financer les programmes humanitaires actuellement financés par l’UE, « où les organisations britanniques assurent la direction de projet ou sont les seules exécutantes ».

– Tabac:

Une régulation britannique remplacera la législation européenne. Il faudra aussi introduire une nouvelle iconographie pour les paquets de cigarettes, « les droits pour les photos existantes étant la propriété de la Commission européenne ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut