International › APA

L’UE accorde près de 212 millions d’euros pour soutenir les programmes de protection sociale et le secteur privé

Pas d'image

Le Maroc et l’Union européenne (UE) ont signé, vendredi à Rabat, deux accords visant à renforcer les programmes « Compétitivité et croissance verte » et « d’appui à la réforme de la protection sociale au Maroc » pour un montant de près de 212 millions d’euros (2,3 milliards DH).Ces accords ont été paraphés par le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Benchaâboun, et le Commissaire européen à la politique européenne de voisinage et aux négociations d’élargissement, Johannes Hahn, qui effectue une visite au Maroc.

Le programme d’appui à la réforme de la protection sociale, d’un montant total de 1,199 milliard de DH (1 euro= 11 DH), vise à « soutenir les efforts du gouvernement et contribuer à la réduction des inégalités, à l’amélioration de la cohésion sociale et à l’amélioration tangible du développement humain de la société marocaine en promouvant l’accès équitable aux services sociaux de base selon une approche de droit », lit-on dans un communiqué.

« Le programme de protection sociale dont il est question aujourd’hui est un nouveau chapitre de notre partenariat renforcé qui va permettre d’avancer ensemble vers un système de société plus juste et plus égalitaire », a déclaré, à cette occasion, le Commissaire européen, cité par le communiqué.

« Le développement des startup et de l’innovation est l’un des maillons essentiels à la prospérité d’une économie. En mobilisant plus de 231 millions de DH pour l’appui à la nouvelle stratégie nationale d’inclusion financière et en particulier au programme Innov’invest, mis en œuvre par la Caisse centrale de garantie (CCG), l’Union européenne souhaite contribuer au développement d’un secteur privé marocain compétitif, productif et créateur d’emplois décents », a-t-il encore ajouté.

Par ailleurs, le programme « Compétitivité et croissance verte », d’un montant total de 1,122 milliard de DH (105 millions d’euros), appuie notamment le statut de l’auto-entrepreneur, les primo-exportateurs, le climat des affaires et l’émergence des filières de recyclage.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut